Darius - Acte V

ACTE V

Premier tableau

La maison de Daniel.

Scène Première

DANIEL

Je reviens de voyage et j’en apprends de belles :
Le roi, dans mon absence, en a fait de nouvelles !
Satrapes envieux, arrivistes jaloux
Ont tôt fait de plier Darius à genoux.
Je trouve chez ce roi peu de plomb dans la tête.
Tant de fois notre loi, la Torah, les prophètes
Ont empli des soirées nos conversations ;
Les oracles sacrés sur toute nation,
Sur Moab, sur Edom, sur l’Égypte et Ninive,
Peuples qui s’acharnaient contre les âmes juives
Et subirent chacun le juste châtiment,
Sur Babylone aussi le pressant jugement,
Expliquant à mon roi le fond des Écritures,
Des visions de Dieu éclairant les peintures,
Et qu’en ces saints rouleaux l’Esprit parle de lui,
Que son Dieu le pesait sur le poids de ses fruits.
Et l’esprit de Darius approchait la lumière,
Des vanités de cour méprisant la poussière,
J’espérais qu’il se rende au vivant Créateur,
Recherchant comme moi la main du Bon Pasteur…
La parole en son cœur est une tour fragile
Pareille à ce colosse aux pieds mêlés d’argile.
Je parle de ma foi au Dieu de vérité,
Il me répond « amen » avec sincérité.
Suffit-il qu’un flatteur approche de son âme,
Un mielleux courtisan, une charmante femme,
Un savant orateur, un parfait comédien
Et notre pauvre roi s’en retourne païen.
Une nouvelle loi m’interdit la prière.
Je ne puis lui céder, alors, que faut-il faire ?
À Dieu, quoi qu’il en coûte, il me faut obéir.
J’appartiens au Vivant, vais-je donc le trahir ?

(L’Ange du Découragement apparaît)

Scène II

DANIEL – L’ANGE DU DÉCOURAGEMENT

L’ANGE

Beltschatsar, mon ami, je te vois bien en peine.

DANIEL

Aurais-je en ce moment l’âme calme et sereine ?
Qui es-tu ?

L’ANGE

              Un ami qui ne veut que ton bien,
Habitant les hauts cieux, ton ange et ton gardien.

DANIEL

Ange gardien, dis-tu ? Étrange analogie !
Je dois revoir ma Bible et ma théologie.

L’ANGE

Ces infimes rouleaux qui te sont précieux
Contiennent en partie la parole de Dieu.
Les anges comme nous, plus près de sa pensée
Partagent aux humains ses divines idées.
Alors, dis-moi, Daniel, d’où te vient le souci ?

DANIEL

Tu devrais le savoir ?

L’ANGE

                               Je le sais, Dieu merci.
C’est cet édit royal, ce décret qui te prive
Du droit d’adorer Dieu.

DANIEL

                                   Oui. Faut-il que je vive
En reniant ma foi, ou bien dois-je mourir ?
S’il me faut résister, ai-je peur de souffrir ?

L’ANGE

Qu’as-tu fait de ta foi ? Le joug est donc si rude ?
Tu devrais pour un mois changer tes habitudes.
Mais qu’est-ce donc qu’un mois ? À peine trente jours.

DANIEL

Un mois sans adorer ! Ce fardeau m’est trop lourd ;
Séparé, loin de Dieu, terré dans le silence,
Ne fut-ce qu’un seul jour, hélas ! quelle souffrance !
Non, j’aime mieux mourir, par les lions trépasser,
Ce sont quelques instants pénibles à passer.

L’ANGE

Eh ! mon pauvre prophète, quel théâtre tragique !

J’ai connu mon Daniel un peu plus dynamique.
Qui parle de quitter la joie de ton Seigneur ?
De ton âme Adonaï connaît la profondeur.
La foi bien ordonnée n’exclut pas la prudence.
Il comprend ta ferveur et ta persévérance.
Pour entendre sa voix quand tu viens à prier
Le Maître n’est pas sourd, nul besoin de crier.
Ta voix de baryton mille pas à la ronde
Retentit dans les rues à l’ouïe de tout le monde.
Baisse un peu le volume et ferme les volets.

DANIEL

Je veux sans retenue invoquer s’il me plaît.

L’ANGE

Pour tes dévotions descends donc dans ta cave
Un court mois seulement, que cette affaire est grave !

Laisse ta liturgie trente jours en sommeil,
Tu t’en porteras mieux, je suis de bon conseil.

DANIEL

En sommeil, me dis-tu ? Ce mot me désespère.
Un ange est-tu vraiment, missionné du Père ?
Ange de bon conseil ? Un ange est-tu vraiment ?
As-tu le ministère du découragement ?
M’exhorter à me taire ! Je crains que tu ne railles.

L’ANGE

Il est déjà fort tard. Il faut que je m’en aille.

(L’Ange du Découragement disparaît. Gabriel apparaît.)

Scène III

DANIEL – GABRIEL

GABRIEL

Tu l’as bien confondu cet oiseau de malheur,
Cet ange aux ailes noires, conseiller destructeur,
L’ange de l’ombre grise et non de la lumière.
Du maître de la nuit voilà bien les manières !
Les perles servent-elles d’ornement aux pourceaux ?
Une lampe doit-on placer sous le boisseau ?
Une ville bâtie au flanc d’une colline,
Pourrait-on la cacher ? Auréole divine,
Elle guide les pas du marcheur égaré.
Serait-elle masquée, qui pourrait l’éclairer ?
Si les enfants de Dieu sont le sel de la terre,
Le sel perd sa saveur, incroyable mystère,
Comment lui rendra-t-on le goût ? Mon messager,
Mon témoin, mon flambeau, mon prophète engagé
Ne craint point du méchant la sottise et la rage.
N’aie point peur à ton Dieu de rendre témoignage
Car ton maître a des plans pour cette autorité,
Il changera le cœur du roi sans volonté.

DANIEL

Mais pour servir ses plans que faut-il que je fasse ?

GABRIEL

Ne sois pas effrayé par les cris et menaces ;
Sans trêve, sans répit, adore l’Éternel.
Que ta voix assurée s’élève jusqu’au ciel,
Que ton corps et ton âme à ses pieds soient son temple
Et des cieux infinis le Maître te contemple.
Il veille sur tes mots, il veille sur tes pas.
Ne crains point les lions, ne crains point le trépas,
Ni de tes ennemis les vaines tentatives.
Va, comme Gédéon, avec ta force vive.
Le vrai Dieu, le Puissant, t’appelle son témoin,
Le fruit de son amour et l’objet de ses soins.

(Gabriel disparaît.)

Scène IV

DANIEL

Ô pure vision me rendant à la vie
Et ramenant ma foi au Céleste asservie.
Que m’importe la vie ! Qu’importe le jaloux !
Qu’importent les lions et qu’importent les loups !
Vous, les maîtres imbus de votre satrapie
Me voulez voir trembler. Vos menaces impies
Au lieu de me combler d’un sombre désespoir
Me donnent du courage et je veux, dès ce soir
Adresser face à vous ma fervente prière
Au seul Maître des cieux, seul Maître sur la terre.
Au roi je n’offrirai nulle dévotion,
Seulement du respect, de la compassion.
Aux infidèles lois je ne puis me soumettre.
Ouvrons de ce logis tout en grand les fenêtres.
Aurais-je quelque honte à louer l’Éternel ?
N’est-il pas près de moi, ce Père, Emmanuel ?
Il reniera Daniel si Daniel le renie ?
À la ville exhibons sa grandeur infinie.
Oui, devrais-je en mourir, mourons comme témoin ;
Mon être tout entier se confie à tes soins.
À mes pieds ta parole est source de lumière,
Elle guide mes pas, mes chemins elle éclaire.
J’espère en ta justice et j’observe ta loi.
Je suis humilié, mais la vie, rends-la-moi.
Dans ta sainte Torah, précieuse Écriture
Je trouve à mon esprit complète nourriture.
La volonté divine y est simple à trouver.

(Il déroule la Torah.)

Il appelle Abraham afin de l’éprouver,
Consolider sa foi, fortifier sa marche.
« Me voici, répondit le sage patriarche,
– Prends avec toi Isaac, ton fils, le bien-aimé.
– Où tu voudras, dit-il, tant de zèle animé.
– Va jusqu’à Morija, au-delà des campagnes
Et sacrifie-le-moi, là, sur cette montagne. »
Abraham prit son âne, son fils, deux serviteurs,
Il prépara le bois et partit sans un pleur.
Les voici parvenus à la morne colline.
Il fallait observer l’instruction divine.
Isaac et son père gravirent le chemin,
Le fils portant le bois, Abraham en sa main
La flamme et le couteau. Ils s’élèvent ensemble.
« Père, dit Isaac, il nous manque, il me semble,
L’agneau pour l’holocauste. – Mon fils, Dieu pourvoira.
Il a tout ordonné, son plan s’accomplira.
Servir le Dieu vivant n’est point chose facile,
Il faut être soumis, confiants et dociles. »
Après qu’il ait placé les fagots sur l’autel,
Abraham lie son fils, invoque l’Éternel ;
Il brandit le couteau, menace épouvantable !
Le jeune homme innocent puni comme un coupable !

« Abraham ! Abraham ! » C’est la voix de son Dieu.
« N’égorge ton enfant ni ne le brûle au feu.
Tu n’as point refusé Isaac, ton fils unique,
Je t’épargne à présent ce dilemme tragique.
Regarde autour de toi, par les cornes lié,
Piégé dans un buisson, le noble bélier.
Pour le prix de ta foi et ton obéissance,
Je bénis avec toi toute ta descendance,
Et comme les étoiles au sein de l’univers,
Et ta postérité comme au sable des mers,
Sera multipliée. Des ennemis la race
Tel un vol de moineaux fuira devant ta face. »

(Il enroule la Torah et s’agenouille.)

Éternel, ton amour ! Ineffable grandeur !

Aux démons de l’enfer inspirant la terreur,
Pesant dans tes plateaux les puissants de la terre,
Relevant l’indigent du fond de la misère,
Au père des croyants tu épargnas jadis
Le fruit de ta promesse et son unique fils.
Ô Dieu, dans ta clémence et ta grâce infinie,
Aux nations rebelles devant être punies
Tu descendras en chair, tu me l’as révélé,
Par le don de ton Fils, innocent immolé,
Tu porteras sur lui nos âmes pécheresses,
Comme un lâche brigand vers la mort il s’abaisse.
Vision de supplice, de souffrance et d’effroi
Sur une croix sanglante…

SOLDATS, au-dehors

                                       Ouvrez, au nom du roi.

(Entrent Tholas, Kophas, Darius et des soldats.)

Scène V

DANIEL – THOLAS – KOPHAS – DARIUS – Soldats

THOLAS

Votre adoration n’est pas des plus discrètes.

KOPHAS

Vous priez votre Dieu au son de la trompette.

THOLAS

N’est-il pas interdit par la médique loi
D’adorer d’autre dieu que Darius, notre roi ?

DANIEL

Darius est-il un dieu ?

THOLAS

                                   Quoi ? Votre impertinence
N’a pour moi rien d’égal sinon votre imprudence.

KOPHAS

Dans les rues, sur la place, en toute la cité
On vous entend crier, fanatique agité.
À l’ouïe des passants vous offrez vos blasphèmes,
Sectateur insoumis, misérable anathème.
Nous prenons à présent le monarque à témoin
Qu’aux lois les plus sacrées vous n’obéissez point.
La justice, en tel cas, n’a le droit de se taire.
Qu’on châtie ce bandit d’une peine exemplaire.
Aux lions !

THOLAS

                Aux lions ! Dans la loi, c’est écrit
Et scellé par le sceau de Darius.

KOPHAS

                                                 Tout est dit.

DARIUS

Tout est dit ? Est-ce là ce que le roi désire ?

THOLAS

Ne faut-il pas montrer bel exemple à l’empire ?
Ce satrape insolent devra mourir ce soir.

DARIUS

Le divin souverain n’a-t-il pas le pouvoir
De damner ou sauver. N’a-t-il point droit de grâce ?

THOLAS

Il faut que l’impie meure. Le prix de son audace…

DARIUS

Mais je ne le veux point ! Mon plus grand serviteur,
Le plus fidèle, enfin, n’est-il pas le meilleur ?
Prier en sa maison : trouve-t-on dans cet acte
Un crime abominable ? Hélas ! Je me rétracte.

THOLAS

Vous rétracter, Seigneur ? Il n’y faut point songer.
Par cet édit signé vous êtes engagé.
La loi – vous le savez – des Perses et des Mèdes
Ne peut se révoquer, car le roi qui possède
La cire et le cachet, sitôt l’ordre scellé
Porte en lui la sagesse et l’esprit exercé,
Tout le discernement que son état lui donne,
L’inerrante pensée…

DARIUS

                                   Que les dieux me pardonnent !
Ne puis-je déroger une fois seulement ?

THOLAS

À quoi vous servirait un tel revirement ?
Au su de la faiblesse dont votre cœur s’anime
Le peuple vous verrait lâche et pusillanime.
Vous verriez vos sujets loin de vous s’éloigner.
Privé de son soutien qu’auriez-vous à gagner ?

DARIUS

Signons un autre édit pour sauver mon prophète.

KOPHAS

Par le roi c’est signé ! Buvez votre défaite.
Une première loi point ne se contredit.
Le prophète aux lions ! Point d’arrêt, point d’édit !

DANIEL

Darius, le roi de Perse, est un roi bien étrange.
Le roi que l’on fait dieu, mal servi pas ses anges,
Devant l’homme pervers impuissant, désarmé,
Le roi manipulé par les loups affamés,
Darius, qui n’est qu’humain, tombe en son propre piège.
N’aie point peur, mon bon roi, car mon Dieu me protège.
Rejette la folie, crois en lui simplement.
Aux ordres du méchant obéis promptement.
Dans la fosse aux lions ils veulent du spectacle :
Tu verras si Yaveh ne fait plus de miracles.
Des crocs de ces félins il me délivrera.

DARIUS

C’est le Dieu des Hébreux. Tu t’appuies sur son bras.
Puisse-t-il délivrer l’homme que je préfère.
Pour puissant que je sois, je ne puis plus rien faire.
Pour sa fidélité lourde punition,
Que Daniel soit jeté dans la fosse aux lions !

(Les soldats emmènent Daniel.)

Deuxième tableau

L’entrée de la fosse aux lions, fermée par une pierre. Il fait encore nuit, le jour se lève durant les scènes suivantes.

Scène VI

DARIUS

La nuit, toujours la nuit aux terreurs infinies !
Je ne puis demeurer dans ma chambre. Insomnie !
Dans mes draps de satin puis-je dormir encor
Quand l’âme est oppressée de pénibles remords.
Le marteau de la mort écrase ma poitrine.
Point de femme en mon lit ni point de concubine.
Eh quoi ! Roi sans esprit ! Quoi ! Tyran orgueilleux.
Tu conduis au trépas le prophète de Dieu.
Vers quel astre divin adresser ma prière ?
Ne puis-je, de mes bras, déplacer cette pierre ?
Daniel dans cette fosse et j’en suis criminel ;
J’en porterai le poids aux enfers éternels.
Je n’ose imaginer de ces fauves la rage
Et dans ce noir cachot le sang et le carnage,
Et les rugissements, les cris de l’accusé,
Les membres déchirés et tous les os brisés,
Des bêtes affamées l’extrême violence,
Les lions rassasiés. Effroyable silence !
Il faut attendre l’aube, que viennent nos soudards,
Qu’ils basculent la pierre ! Du paisible vieillard
Restera-t-il encore en vue de funérailles
Une jambe, une main, quelques restes d’entrailles ?
Je n’y puis point songer. Que son sort est cruel !
Que ne suis-je resté dans le sein maternel,
N’avoir point vu le jour ni point connu la vie !
Ô plus honni des rois de cette dynastie !
À la mort condamné, prince sans majesté !
Jusqu’à mon jour dernier toujours me lamenter…
Et s’il vivait encore ? Hélas ! folle pensée !
Mon pauvre esprit s’égare, espérance insensée !
Daniel ! Daniel ! Daniel ! M’entendez-vous, Daniel !
Ô Daniel, réponds-moi ! Mais, par les dieux du ciel,
Les morts entendent-ils ? Aurait-il une oreille
Ouverte à mon appel ? Ô folie sans pareille !
Daniel ! Il est bien mort. Je n’entends point sa voix.
L’Éternel ne l’a pas protégé cette fois.

(Dariana le rejoint.)

Scène VII

DARIUS – DARIANA

DARIANA

Darius, mon cher époux, la nuit fut agitée ;
J’entendais les soupirs d’une âme tourmentée.
Dans la chambre royale tu voulais dormir seul
Entouré de tes draps comme dans un linceul.
Moi, privée de sommeil, dans la chambre voisine,
J’écoutais tes sanglots.

DARIUS

                                   Comme moi, j’imagine,
Assaillie de douleurs tu n’as pu t’endormir.

DARIANA

Comment l’aurai-je pu à t’entendre gémir ?

DARIUS

Daniel en cette fosse ! Cette idée m’épouvante.
De culpabilité mon esprit se tourmente.

DARIANA

Je t’entendis quitter cette chambre à grand bruit,
Endosser ton manteau, t’engager dans la nuit.
Je me lève à mon tour, d’inquiétude brûlée,
Je te vois arpenter la sinistre vallée
Où traîtres, apostats, à la mort condamnés
Dans l’antre des lions furent abandonnés.

DARIUS

Hélas ! Que ferons-nous ? Sa mort abominable,
C’est moi qui l’ai voulue. Combien je suis coupable !

DARIANA

Éprouvons notre foi. Le prophète est-il mort ?
En es-tu bien certain ? Auras-tu vu son corps ?

DARIUS

Mais…

DARIANA

            Il reste l’espoir. Tu tourmentais ton âme
Et je priais les dieux de veiller sur sa flamme.

DARIUS

Puissent les dieux t’entendre !

DARIANA

                                               Il nous reste l’espoir.
Vit-il encore où non ? Nous devons le savoir.
La vérité ne peut se cacher sous la terre.
Angoisse sans pareille ! Il faut valser la pierre.

DARIUS

Le jour viendra bientôt. Attendons les soldats.

DARIANA

L’attente est trop cruelle ! Nous avons quatre bras.
Voyons cette caverne. Unissons nos faiblesses.

(Ils essaient de rouler la pierre.)

DARIUS

Elle est lourde et sa tranche est épaisse.

DARIANA

Elle bouge. Courage ! Là. Encore un effort !

(Ils parviennent à déplacer la pierre.)

Je ne sens point venir les relents de la mort.

DARIUS

Ces lions sentent mauvais. Une âcre odeur de fauve.
Vois de l’horrible mort l’épouvantable alcôve.
Daniel ! Pauvre Daniel ! Mon ami, m’entends-tu ?
Hélas ! Il ne dit rien. Mon cœur est abattu.
Je ne reverrai plus mon serviteur fidèle.
Que je meure à mon tour ! Daniel !

Voix de DANIEL

                                                    Qui donc m’appelle ?

Scène VIII

DARIUS – DARIANA – DANIEL

DARIUS

Tu as donc échappé aux griffes des félins.

Voix de DANIEL

Pourquoi crier si fort, moi qui dormais si bien ?

DARIUS

Daniel, est-ce bien toi ?

Voix de DANIEL

                                   C’est moi.

DARIUS

                                                  Toujours en vie ?

Voix de DANIEL

Vivant, et le teint frais. Ma mine fait envie.

(Daniel sort de la fosse.)

DARIANA

Daniel ! Par quel miracle…

DANIEL

                                         Je suis bien protégé.
Les lions furent dociles et ne m’ont point mangé.
D’ailleurs, la chair humaine est pour eux trop coriace
Et c’est piètre pitance que notre pauvre race.
Le poil de ces chatons offre assez de confort ;
Leur épaisse crinière donna même à mon corps
La chaleur dans la nuit, telle une couverture.
Je fus intimidé par leur forte stature,
Le voyant m’approcher je me mis à prier.
Le plus puissant des mâles parut m’étudier,
Puis je vis s’affaisser la noble créature,
De sa langue rugueuse il essuie ma figure,
Ouvrant sa gueule énorme il se met à bâiller.
Ses amis, près de moi, cessent de tournoyer.
Ils s’endorment enfin, ronflant comme impossible
Mais je fus assailli d’un sommeil invincible.

DARIANA

Une si belle issue ! Osions-nous l’espérer ?

DANIEL

Quel est le Dieu qui seul pouvait me délivrer
Si ce n’est l’Éternel ? À lui toute la gloire.
Quelles autres raisons vous empêchent de croire ?

DARIANA

Dieux des astres célestes, des fleuves, de la mer :
Aucun n’aurait sauvé ce prophète si cher.

DARIUS

Qu’en est-il de Tholas et de son acolyte ?
Il faudra châtier cette engeance maudite.
Alors, d’ici ce soir, vous verrez, mes petits,
Si mes lions n’ont pas retrouvé l’appétit.
Au Sauveur de Daniel je veux être agréable.
J’exige qu’on publie un ordre irrévocable :
Que dans tout mon royaume, pour chaque nation
Et pour chaque province, et sans condition,
J’ordonne à toute langue et à toute la terre
Que le Dieu de Daniel on craigne et l’on vénère.
Il est le Dieu vivant, son règne est éternel,
Il subsiste à toujours. Par un vœu solennel
Je m’engage à servir ce Dieu qui seul délivre.
J’ordonne à mes sujets de l’aimer et le suivre.
Son trône est dans les cieux parmi les séraphins.
L’Éternel régnera jusqu’aux jours de la fin.