X. Zoé

C’est qu’il était énervé, l’empereur vénéré !

Face à lui, le colonel Mulot, chef de la police impériale, ne faisait pas le malin. Il baissait piteusement la tête.

Thanatos se levait, se rasseyait, tournait en rond, frappait du poing les accoudoirs de son trône, il frappait les murs, il frappait les colonnes. Heureusement, il ne frappait pas le colonel.

« Qui est-ce qui m’a fabriqué un tel ramassis de pautrassiers ? Elle n’était pourtant pas compliquée, votre mission ! Trimbaler un gitan sur cinquante kilomètres, en camion blindé. Ce n’était pas sorcier ! Vous avez perdu un homme, vous avez perdu le camion, et vous avez perdu le gitan ! Qu’allez-vous me trouver comme explication ?

– La Salamandre n’opère jamais sur la rive droite. Nos hommes ne se sont pas méfiés. Ils nous ont attaqués par surprise.

 

 

– Par surprise ! N’est-ce pas à vous de les surprendre ? Vous êtes mes soldats. Un soldat de Thanatos n’a pas le droit de mourir. Et pourtant, ils ont tué votre chauffeur, en toute impunité.

– Ils sont vraiment dangereux, et nous ne sommes pas suffisamment armés contre eux. Ils nous auraient tous massacrés si Sandra n’avait ordonné de nous épargner.

– Sandrine Haufaringitte, dite Sandra-la-Teigne. Elle fait partie des meneurs. Depuis le temps que je vous réclame la tête de cette punk ! Et vous n’êtes pas capable de me la trouver ! C’est elle-même qui a enlevé le gitan sous vos yeux. Et vous ne l’avez même pas poursuivie. Cette garce hérissée de pointes comme un porc-épic doit bien se rire de moi ! Et le plus grave, c’est que ce Django va continuer, comme tous les gitans, à courir de ville en ville et répandre l’hérésie, et surtout la lecture et l’écriture. C’est le pire alphabétiseur de l’Empire. Et le voilà libre !

– Il n’est pas libre, Majesté. Il devra se terrer dans la forêt jusqu’à la fin de ses jours. Nous avons mis sa tête à prix dix mille thanas. S’il sort de son terrier, il retombera entre nos mains.

– Voilà qui me rassure, Mulot.

– Rat surmulot ? »

Trois mois s’étaient écoulés et Sigur, tout comme Félixérie commençait à s’intégrer, tant bien que mal, à la société qui l’englobait. Ils avaient pris leur place au sein de la G. Dégodaski-Prenloo et les autorités avaient finalement admis qu’une proximité policière ne leur était plus indispensable. Chacun savait dans le voisinage qu’ils tenaient de l’empereur Thanatos en personne la permission de jouer de la musique, et plus personne n’oserait les importuner, même s’ils produisaient un canard. Thanatos, d’ailleurs, continuait à communiquer à Sigur, par le moyen du bracelet, les plus belles pièces de sa bibliothèque sonore. Le lieutenant Jade décida donc de retirer ses hommes de la maison, laissant à ses occupants la possibilité de le joindre, en cas de danger, par l’unique moyen autorisé.

Comme ils avaient bien travaillé, leur patron leur octroya une semaine de vacances.

« Profitons-en pour nous offrir une sortie au zoo de Beauval, proposa Sigur, puisque notre ami Thanatos nous en offre gracieusement l’entrée.

– Thanatos est peut-être ton ami, mais pas le mien. En tout cas, nous aurions tort de ne pas en profiter.

– Et d’ailleurs, j’ai hâte de voir cette attraction exceptionnelle dont il nous a parlé.

– Moi aussi. Mais, c’est tout de même bizarre ; pourquoi a-t-il dit : “Vous verrez qu’il vaut mieux prendre le parti des ténèbres que celui de la lumière’’ ?

– Nous allons peut-être bientôt le savoir. »

Non seulement Thanatos leur avait offert deux entrées gratuites, mais, comble de gentillesse, y avait ajouté le voyage en taxi thermique, c’est-à-dire dans une automobile, avec un moteur, des roues, un volant, et des phares qui éclairent la route.

Le chauffeur les conduisit à Saint-Aignan-sur-Cher par Chaumont et Montrichard.

« Pourquoi un tel détour ? La route par Contres est tout de même plus rapide.

– Je préfère contourner la Sologne. C’est une région beaucoup trop dangereuse.

– Ah bon ? »

Voici nos deux amis sur la place.

Quelle déception !

Où sont passés les otaries, les grands rapaces, les pandas géants, les tigres blancs et les gorilles qui ont donné à ce parc une renommée internationale ?

Le parc animalier de Beauval n’abritait plus que la faune du terroir : des renards, des lièvres, des chevreuils, des sangliers, des corbeaux, des buses variables et des faucons crécerelles, des vaches et des moutons.

« Je m’attendais à mieux, dit Sigur. Nous ferions mieux de rentrer chez nous.

– Pourtant, Thanatos nous avait parlé d’une attraction exceptionnelle. Il doit bien se trouver quelque chose d’intéressant à voir, dans cette grande ferme ! »

En effet, les jeunes gens avaient remarqué un mouvement de foule. Les visiteurs, de plus en plus nombreux à mesure qu’on approchait de midi, convergeaient vers ce qui était autrefois l’espace des singes.

« Suivons-les. »

Entraînés dans le flot humain, ils parvinrent à un pré cerné d’une clôture électrique digne de Jurassic Parc. Haute de trois mètres, ses mailles serrées auraient juste pu laisser le passage à un chat. L’ensemble reposait sur une embase métallique d’une largeur d’environ soixante-dix centimètres. Au milieu de cette enceinte gazonnée se dressait un grand abri de jardin, à moins que ce ne fût un petit chalet.

« Quelle étrange bête du Gévaudan doit vivre ici ? disait Sigur. Cette clôture donne à croire que cet animal est très dangereux, et pourtant, son environnement me paraît plutôt pacifique. »

Autour de lui, les gens manifestaient leur impatience.

« On ne voit rien ! – Elle se cache dans sa cabane. – Est-ce qu’elle va se décider à sortir ? ‑ On ne va pas attendre comme ça toute la journée ! »

« Au moins, fit remarquer Félixérie, nous savons déjà que c’est une femelle.

– C’est curieux, on dirait qu’il y a de la lumière dans le cabanon.

– C’est peut-être un grand dignitaire à l’état sauvage.

– Idiote ! »

La bête sortit enfin de sa tanière : l’abri de jardin.

Les spectateurs manifestèrent leur admiration par des ah ! et des oh ! Sigur et Félixérie ouvrirent de grands yeux stupéfaits. Thanatos n’avait pas menti : la surprise valait le voyage. Leur imagination leur présentait en diaporama toute sorte de créatures incroyables : vélociraptor, loup-garou, anaconda, araignée à neuf pattes, alexandrin à treize pieds.

En place du monstre attendu apparut une ravissante petite fille de douze ou treize ans. Qu’elle était jolie, cette petite fille, dans sa longue robe bleu-saphir qui lui dégageait les épaules ! Comme elle avait de beaux yeux, ses paupières discrètement maquillées de la même couleur que sa robe ! Tous les regards étaient rivés sur sa magnifique chevelure qui tombait en cascade jusqu’à la hauteur de ses genoux. De ses cheveux se dégageait une pâle lumière bleue.

Elle couvrit toute l’assistance de son regard, puis se mit à danser, tournoyant sur elle-même, les pans de sa robe se relevant, découvrant furtivement ses longues jambes fuselées. Tandis qu’elle tournoyait, la lumière dans ses cheveux développait son intensité. Les spectateurs durent détourner le regard. Sa chevelure brillait maintenant d’un tel éclat qu’il faisait jour sur tout le parc. Le même jour que dans le monde de Sigur et de Félixérie.

La danse cessa, la nuit retomba : la nuit de Ligérie, à peine éclairée par la chevelure de la jeune fille, que l’on pouvait à nouveau admirer sans risquer la cécité. Les spectateurs applaudirent, elle fit une révérence, puis s’éloigna à pas lents vers sa cabane. Satisfaits, les curieux se dispersèrent.

« Quel spectacle ! s’exclama Sigur. Si je retrouve un jour mes copains, ils ne me croiront jamais.

– Il y a tout de même quelque chose qui me chiffonne dans cette histoire. Il y a une centaine d’années, on exhibait les handicapés dans les foires, et voilà que cette pauvre fille, qui par miracle ou par magie, produit de la lumière dans ses cheveux, se trouve condamnée à amuser le public dans un zoo, comme un petit animal. C’est inhumain.

– C’est vrai. Je n’avais pas considéré la question sous cet angle. Il faudrait faire quelque chose pour elle. L’aider à sortir d’ici. Il doit bien y avoir un moyen.

– Tu as vu la clôture ? La fin glorieuse de Claude François ne me tente pas plus que ça ! Et d’ailleurs, si l’empereur, qui m’a l’air de t’avoir à la bonne, était si intelligent que cela, il en aurait tiré un autre parti. Tout est si noir dans son empire, et dans son palais en particulier.

– Thanatos n’aime pas la lumière, intervint la jeune fille qui était discrètement revenue vers eux. Et d’ailleurs, je me vois mal trôner sur sa table de nuit en guise de lampe de chevet. »

Félixérie et Sigur se sentirent troublés à l’idée que cette fille étrange avait entendu leur conversation à son sujet.

Elle poursuivit.

« Thanatos, lorsqu’il m’a découverte, m’a d’abord fait incarcérer dans la prison des femmes. Comme elles se plaignaient que ma lumière les empêchait de dormir, il a eu cette idée lumineuse, si j’ose dire. Grâce à moi, les gens sont prêts à payer vingt thanas l’entrée dans un jardin zoologique qui n’abrite pratiquement plus d’animaux, pour les quelques instants de clarté que je leur offre dans leur monde de ténèbres, et deux ou trois entrechats en cadeau. »

Le regard de la petite fille exprimait à présent une profonde tristesse. La clarté de sa chevelure était passée en mode veilleuse. Sigur l’observait avec compassion. Il aurait bien aimé lui saisir les mains, mais cette maudite clôture électrique l’en dissuadait.

« Quel est ton nom ?

– Zoé.

– Moi, c’est Sigur.

– Je sais.

– Et moi, Félixérie.

– Je le sais aussi.

– Comment le sais-tu ?

– Je suis Zoé...

– Que pourrions-nous faire pour t’aider à retrouver ta liberté ?

– Une chambre à air.

– Pardon ?

– Une chambre à air de bicyclette. Et une pompe pour la gonfler. Ne lésinez pas sur la qualité : ma vie en dépend. »