XVI. La chèvre

Le lendemain, Sabine revint au même endroit, marchant prudemment, se rapprochant de tout meuble susceptible de la dissimuler en cas de mauvaise rencontre. Cette fois-ci, c’est elle qui attendait. Le client ne tarda pas à entrer, lui aussi veillant avec prudence à ne pas être suivi. C’était le marquis de Bifenbaf. Le volatile qu’il portait dans un sac de toile battait des ailes et caquetait.

« Me voici, dit-il, et j’ai bien apporté ce que vous m’avez demandé. Mais pourquoi diable faut-il attendre si longtemps un rendez-vous ?

– Mais parce que je suis la plus grande devineresse du royaume, et d’ailleurs la seule qui soit restée depuis que le roi s’est mis en tête d’éradiquer l’obscurantisme, comme il le disait si bien. Sachant que sa chère fille, notre nouvelle reine, a suivi son enseignement, notre profession devra lutter pour survivre. Mais voyons votre volaille. »

Miroslav lui tendit son sac dont elle tira par les pattes une poule au plumage noir. Elle l’inspecta, puis la rendit au marquis dans son emballage.

« Parfait, dit-elle en prolongeant la première syllabe. Le sacrifice de cette pauvre bête attendrira la Toute-puissance et fera réussir vos projets.

– J’ai demandé à vous voir et j’espère que vous pourrez m’aider.

– Vous espérez ? Mais mon ami, vous êtes en face de la grande Sabine Mac Affrin. Sabine peut tout, Sabine voit tout, Sabine entend tout, Sabine devine tout, Sabine sait tout.

– Vous savez quelle est l’affaire qui me préoccupe ?

– Non, je ne sais pas.

– Ça commence bien ! 

– Alors ne perdons pas de temps. Quelle est l’affaire qui vous préoccupe ?

– Lynda. »

« Allons, bon ! bougonna-t-elle, lui aussi ! »

Puis, s’adressant au marquis.

« Et je suppose que vous la haïssez, et que vous voudriez que je lui concocte un bouillon d’onze heures à ma façon.

– Non. Je l’aime.

– Vous l’aimez ? Vous ?

– C’est défendu ?

– Non, mais ça m’étonne ?

– Vous êtes une drôle de Miroska.

– Si ou moukat amoin, mi kounich aou ! s’écria-t-elle, l’air fâché.

– Qu’est-ce qu’elle baragouine ? “Amamichaou ’’ ?

– Baragouine, c’est du pain et du vin en breton. Ça lé pas langaz amoin !

– Et qu’est-ce que ça veut dire, votre charabia ?

– Si vous vous payez ma fiole, je vous casse la figure.

– Je n’oserais pas, répondit piteusement le marquis, tout effrayé.

– Qu’attendez-vous de moi ?

– Que vous me prépariez une de vos potions magiques, afin qu’à son retour… Car vous savez, j’espère, que Lynda est à Paris.

– Évidemment, je le sais ! Me prenez-vous pour une godiche ?

– Afin qu’à son retour, elle tombe éperdument amoureuse de moi et qu’elle désire m’épouser. »

Sabine gonfla ses joues à la manière de Louis Armstrong soufflant dans sa trompette, et les vida en un sifflement strident.

« Pfui !

– Quoi ? Pfui ?

– Je l’aurais deviné !

– La recette est-elle dans vos cordes ?

– Non.

– Comment, non ?

– Pas Lynda.

– C’est la meilleure !

– Demandez-moi de vous faire aimer par n’importe quelle femme, mais pas Lynda.

– Paméla Empersonne ?

– Il ne faut tout de même pas exagérer !

– Mais j’aime Lynda ! Donnez-la-moi !

– Non.

– Mais pourquoi ?

– J’ai déjà expliqué la raison à votre collègue marquis de Kougnonbaf, il va falloir que je récidive.

– Parce que ce grand escogriffe de Kougnonbaf est aussi sur l’affaire ! Ah ! Le traître ! Ah ! Le forban ! Ah ! Le scélérat !

– On se calme ! Kougnonbaf ne désire pas épouser Lynda, il voulait seulement que je la lui fasse griller à petit feu.

– Et vous avez refusé.

– J’ai refusé.

– Vous avez eu raison. L’ignoble individu ! Convoiter le trône de la reine, cela le regarde, mais comploter sa mort ! Ah ! L’infâme !

– Croyez bien qu’il ne s’agit pas d’une question de personne. Si l’affaire dépendait de moi, j’aurais mis tout le monde d’accord. D’abord j’aurais étripé la petite peste, ensuite je l’aurais contrainte de vous épouser. Ça lui aurait fait les pieds. Mais votre ennemi intime, le marquis de Kougnonbaf vous expliquera très bien pourquoi je ne puis ni l’un ni l’autre. »

Le marquis de Bifenbaf soupira.

« Comme c’est fâcheux. Vous n’avez donc aucune solution, en définitive.

– J’ai une solution.

– Me voilà rassuré.

– Si vous voulez plaire à Lynda, cessez de fumer, cessez de boire. Mangez moins de cochonneries et faites un peu de sport, pour vous débarrasser de ce gros ventre mou. Donnez-vous un coup de peigne dans les cheveux de temps en temps. Et puis lisez un bouquin ou deux. Les femmes intelligentes aiment les hommes qui ont un peu de culture, hormis celle de la betterave, bien entendu.

– Il n’est pas nécessaire d’être Grande Astrologue royale pour me dire ça.

– D’avoir été. Ce sera dix mille couronnes.

– Quoi ?

– Ne vous plaignez pas, c’est un prix d’ami.

– Mais vous êtes de moins en moins efficace et de plus en plus chère.

– C’est normal. Depuis que notre bon roi Waldemar m’a congédiée, je cours de grands risques en venant traîner ici. Pour peu que le sergent Borowitch me jette dehors à coups de hallebarde ! Vous pouvez par ailleurs reprendre votre poulet. Il ne me sera finalement d’aucune utilité, et je suppose que votre cuisine est plus ragoûtante que la mienne.

– Allez au diable ! répondit Miroslav dégoûté.

– J’y suis déjà. »

Le marquis prit congé de la magicienne avec une évidente déception. En se dirigeant vers la sortie, il pénétra dans le salon panoramique, qui occupe une position centrale dans l’architecture du château, c’est là qu’il rencontra justement le marquis de Kougnonbaf, qui promenait une chèvre en laisse, comme un caniche.

« Vous n’auriez pas vu Sabine ? demanda-t-il.

– Vous voulez parler de la pythie dépitée, la voyante aux yeux obscurcis, l’extra-lucide aux visions opaques ?

– Je vous parle de l’oracle illuminée, la prophétesse clairvoyante. Sabine, enfin ! Sabine Mac Affrin ! Je n’en connais qu’une.

– Ah ! Sabine ? Celle qui voit tout, entend tout, mais ne sait rien ? Non. Mais dites-moi, cher marquis, pourquoi donc avez-vous amené cet animal qui sent si mauvais ? La grande Sabine Mac Affrin aurait-elle une fois de plus augmenté
ses tarifs ?

– Et vous-même ? Que faites-vous ici avec cette bête à plume ? Avez-vous l’intention de vous reconvertir dans l’élevage ?

– Marquis, je vous ai posé une question, j’attends une réponse, et non une autre question.

– Que voulez-vous ? J’ai été élevé chez les Jésuites.

– Répondez, marquis !

– Eh bien ! Oui. Sabine m’a d’abord demandé un poulet, et maintenant il lui faut une bique pour aller plus vite et
plus loin.

– Elle n’y va pas de main morte !

– Vous aussi, à ce que je vois, faites partie de sa clientèle.

– Et j’ai cru comprendre à quel sujet vous l’avez consultée.

– À quel sujet ?

– Au sujet de Lynda.

– Comment savez-vous cela ?

– Je pourrais lui racheter sa boutique. Je sais aussi, misérable traître, que vous attendiez de Sabine qu’elle lui gratte un petit bout de bois.

– Je ne comprends pas.

– Vous lui avez demandé la tête de Lynda dans une soupière.

– Mais jamais de la vie, cher marquis ! Qu’allez-vous vous imaginer ! La mort de Lynda ne servirait ni vos intérêts ni les miens. D’ailleurs, Sabine a refusé.

– Refusé quoi ?

– Euh… Je… Bon ! Je disais… Non, croyez-moi, j’ai des méthodes bien plus astucieuses. Comme vous le savez, l’objet de tout votre amour et de toute ma haine s’en est allé à Paris jouer les Jeanne d’Arc, et tout comme elle, elle a entendu la voix de Dieu. Elle a l’intention de revenir dans sa belle armure pour délivrer la Syldurie.

– Ah ! Lynda… Reviens-moi vite !

– Elle ne reviendra jamais à Arklow.

– Vous allez la tuer, Assassin ! »

Miroslav avait déjà empoigné le col d’Ottokar.

« Allons, allons, calmez-vous. J’ai dit qu’elle ne reviendra pas à Arklow. Libre à vous d’allez la rejoindre à Paris, de lui déclarer votre flamme, de l’épouser et de lui faire des tas de petits bifembafs.

– Qu’allez-vous faire ?

– Sabine m’a trouvé un complice, ou plutôt une complice : une amie parisienne de Lynda. Cette fille est une virtuose dans l’art de la trahison. Une véritable judelle.

– Une judelle ?

– Judas n’a pas de féminin, il m’a fallu en trouver un ?

– Et qui est cette judelle redoutable ?

– Elvire Saccuti.

– Et qu’allez-vous faire avec cette Saccuti ?

– J’en saurai plus long sur la façon de cuisiner Lynda quand Sabine aura cuisiné ma chèvre.

– Ça ne me plaît pas du tout.

– Je ne sais pas à quel jeu s’amuse la fiancée dans tes rêves, mais il me paraît peu protocolaire, et très dangereux. Malheur à elle si elle joue une fausse note dans sa partition ! Si cette oie nous fait un canard, elle est farcie. Nous lui entraverons les jambes et elle s’étalera sur le pavé. Ce sera la fin de sa royauté. Elle abdiquera, fuyant la honte et le déshonneur, elle ira se cacher dans les souterrains parisiens qu’elle connaît si bien. À ce moment, vous lui tendrez la main pour l’extraire de la fange dans laquelle elle se sera vautrée. Vous pourrez lui demander sa main, si toutefois elle vous plaît toujours. Elle fera moins la difficile. Et tout cela grâce à qui ?

– Mais, marquis !

– Quant à moi, l’illustre marquis de Kougnonbaf, je n’aurai plus rien à craindre de cette chipie. Je n’aurais qu’à caler mes augustes fesses sur ce trône qu’elle m’aura si gentiment laissé vacant.

– Mais, marquis !

– Ottokar premier, dit “Ottokar le grand ’’ !

– Mais, marquis !

– Avec moi, les aveugles vont voir, les paralysés vont marcher. Tous les morts ressusciteront. Tous. Tous. Sans exception.

– Mais ! marquis !

– Et si par malheur la ruse de cette Elvire Saccuti échoue, je tournerai contre elle le canon de mon arme secrète.

– Mais, marquis !

– Comme vous le savez, je suis le grand patron du groupe “Kougnonbaf-Presse”.

– Mais, marquis !

– Je tiens donc en main tous les moyens d’information du pays, et surtout les moyens de désinformation.

– Mais, marquis !

– Arklow Match, Syldurie Soir, Ici Arklow, Syldurie Dimanche, et toute la presse à histoires, sans oublier la chaîne de télévision la plus populaire : TS-crét1 ; tout cela, c’est moi, et rien que moi.

– Mais, marquis.

– À partir d’aujourd’hui, toute la presse tiendra le pays au courant des faits et gestes de leur reine. Elle qui prétendait que son départ passerait inaperçu !

– Mais, marquis !

– L’encre d’imprimerie est un poison mortel que je lui ferai avaler. Je la briserai, je la calomnierai, je la piétinerai, je froisserai son honneur, je la livrerai à la haine de son peuple. Ah ! Lynda ! Maudite Lynda ! Toi que j’exècre ! Quel plaisir je prendrai à savourer ma délicieuse vengeance !

– Il suffit, marquis ! J’aime Lynda et je ne vous permettrai pas de lui faire le moindre mal.

– Entre Lynda et le pouvoir, c’est le pouvoir que j’ai choisi d’aimer.

– Écoutez-moi bien, marquis : si pour votre malheur, vous effleurez seulement sa peau du bout des doigts, je vous tuerai.

– Quand je rencontre un obstacle entre le pouvoir et moi, je n’essaie pas de le contourner, ni de l’escalader. Je le détruis.

– C’est moi qui vous détruirai.

– Vous ? Vous êtes trop mou et trop grassouillard !

– Ah ! Çà ! marquis ! Vous n’êtes qu’un paltoquet !

– Et vous un cuistre !

– Un maraud !

– Un faquin !

– Un bélître !

– Un gueux à nasarde !

– Non satisfait d’offenser votre reine, vous m’offensez, moi, Miroslav de Bifenbaf. J’en demande réparation sur-le-champ.

– Eh bien ! Ne tardons pas, monsieur. Sortons et réglons tout de suite ce différend.

– Morbleu ! Je vous découperai les oreilles. Je vous amputerai, je vous étriperai.

– Palsambleu ! marquis ! Dans votre gros ventre chargé de graisse, je signerai mon nom à la pointe de l’épée : d’un K qui veut dire “Kougnonbaf” ! »

Sans titre 1