V. Paul Yssouvrez

Le commissaire invita ses deux collaborateurs à s’asseoir. Il resta un long moment silencieux, regardant l’un, puis l’autre. Il ne se souvenait déjà plus pourquoi il avait demandé à les voir.

Il pensait.

Il n’était pas fier de cette demi-journée. Il n’était pas
fier de lui.

Il pensait à ce sympathique restaurateur, arrêté sans raison et qui ne semblait pas lui en vouloir.

Il pensait à Youssouf et à Valérie qui s’aiment malgré leurs différences de culture. Il avait devant lui celle qui avait molesté la jeune femme, alors qu’elle ne l’avait pas menacée.

Il pensait surtout à Moussa, ce petit garçon terrorisé, arrêté sous les yeux de ses camarades de classe.

Aucun de ces gens n’est un malfaiteur, et pourtant…

 

Il s’interrogeait sur sa longue carrière, sur l’océan qui séparait celle dont il rêvait en entrant à l’école de police et celle qu’il avait vécue. Il remettait en question la notion du bien et du mal, du juste et de l’injuste, qu’on lui avait inculquée et à laquelle il avait adhéré sans réserve.

Il pensait aussi à Mohamed et à Mamadou, ces délinquants insaisissables, trafiquants de stupéfiants et d’articles de contrefaçon. Ils n’étaient que des alevins dans le vivier du crime. Étaient-ils de vrais voyous, ou plutôt des victimes auxquelles la société n’a donné aucune chance ?…

« Alors, Mansinque ! Mais qu’est-ce que vous fabriquez ? Nom de bleu ! »

Ces paroles autoritaires tirèrent le commissaire de sa méditation. Un petit bonhomme se tenait devant lui, tout agité. Un petit bonhomme ! Disons un mètre soixante pour être généreux. La cinquantaine, le nez long et les oreilles pointues, le front dégarni et les cheveux tirés en arrière, le regard hargneux.

« Vous dictez votre autobiographie ou quoi ? Voilà une heure que j’essaie de vous joindre. Votre téléphone sonne toujours occupé.

– Ah ! Bon ? Tiens ! C’est curieux.

– Peut-être que vous avez mal raccroché, chef, » hasarda Fabien.

En effet, le petit homme découvre le combiné, toujours posé sur le bureau. Et le voilà qui éclate de colère, agitant ses petits bras dans tous les sens, s’élevant sur la pointe des pieds pour paraître plus grand.

« Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Vous ne voulez pas qu’on vous dérange ? Vous vous croyez où mon vieux ? À Paris-plage ? Le ministre m’avait prévenu : vous êtes un sacré fumiste. Mais je vais vous mater, moi, vous et votre équipe de guignols. Vous allez mériter votre salaire, c’est moi qui vous le dis, ou bien vous prendrez la porte. Des incapables et des nonchalants, je n’en veux pas dans mon service. De l’action, que diable ! De l’action ! Vous servez la République et la République a besoin de serviteurs dynamiques, par d’une trâlée d’avachis. J’ai été nommé ici pour mettre tout le monde au pas. Il y a des choses qui vont changer, beaucoup plus que vous pouvez l’imaginer, non seulement dans le commissariat, mais dans l’arrondissement. La vraie justice arrive enfin. Je serai comme de Funès dans le Grand Restaurant : servile envers les puissants, impitoyable envers les faibles.

– C’est exact.

– Et arrêtez de répondre ‘‘c’est exact’’ chaque fois qu’on vous dit quelque chose. Ça exaspère tous vos collègues.

– C’est exact.

– Vous n’allez pas rester longtemps les bras croisés. Nous avons une mission : éradiquer la délinquance, et la délinquance a une couleur. Tous les bronzés sont suspects. Ce sont eux qu’il faut surveiller de près. Et nous avons des objectifs fixés par le ministère. Vingt-cinq mille expulsions avant la fin de l’année. Alors, mettez-vous au boulot, bande de méduses !

– Non, de pieuvres, rectifia Fabienne avec un sourire moqueur.

– Qu’est-ce que vous me chantez là ? Bon ! Ce n’est pas le moment de vous affaler. Je me suis promené dans le quartier, j’ai parlé aux gens, je leur ai promis de débarrasser l’arrondissement de toute cette racaille. Vapeur et haute pression !

– Chez Saoudi, en face, ils vendent des nettoyeurs.

– Je vous apprendrai à vous en servir. Il faut nettoyer la Goutte d’Or, nettoyer le Dix-huitième, nettoyer Paris, nettoyer la France. Ah ! La France ! Je veux une France propre ! Propre et caucasienne !

– Justement, ce matin, nous n’avons pas été oisifs : quatre arrestations. Quatre dangereux agitateurs, et sans papiers par surcroît.

– Très bien, Mansinque, très bien ! Vous voyez qu’avec un peu de bonne volonté… Et qui sont-ils ?

– Diallo Moussa, Pi Seng Li, Ozdenir Youssouf, Ozdenir Valérie.

– Valérie ? Vous êtes sûr ?

– C’est exact.

– On peut l’appeler Zoulika, si ça vous fait plaisir ? dit Fabien.

– Mais ce n’est pas possible, voyons ! La communauté turque n’est pas du tout intégrée : ils parlent entre eux, ils se marient entre eux, ils vivent entre eux. Où sont-ils ?

– En garde à vue.

– Malheureusement, nous n’avons toujours pas reçu l’ordre d’expulsion pour ces individus. Cette maudite bureaucratie nous entrave toujours. Il va falloir les relâcher. Mais tenez-les à l’œil ! Moi, je m’en vais, j’ai rendez-vous avec le ministre de l’Intérieur. »

Le petit bonhomme quitta la place aussi discrètement qu’il était entré. Chacun s’essuyait le front, personne n’osait lâcher de commentaire. Fabienne dit enfin :

« Qu’est-ce que c’est que cet excité ?

– Vous aurez tout le loisir de le connaître, répondit Mansinque. C’est notre nouveau patron.

– Ça nous promet de belles crises de nerfs.

– C’est exact.

– Rappelez-moi son nom, chef.

– Yssouvrez. Commissaire divisionnaire Paul Yssouvrez. »

Les deux jeunes policiers se regardent :

« Il me rappelle vaguement quelqu’un, fit remarquer Fabienne à son collègue.

– À moi aussi.

– Mais qui ? »