XIV. Frantsy

La Princesse Éva n’a jamais cessé de s’impliquer dans la vie sociale de son pays. Le cas de Yannick l’avait fortement interpellée, et elle dut admettre que la Syldurie avait fait trop peu de cas du handicap en général, et de l’autisme en particulier. Conjointement avec sa sœur, elle avait commencé à étudier la question de plus près et entrepris des démarches pour autoriser le jeune homme à venir de temps en temps passer quelques semaines de vacances à Arklow.

À Mons, Sigur et Félixérie ont pris l’habitude de prendre leur café matinal à la Clef du Hautbois et de surveiller les mouvements de la famille Vandenaeker. Sachant que ceux-ci se montrent discrets et que Julien s’est avéré un médiocre agent secret, la reine, qui s’ennuie de son petit mari chéri l’a rappelé à Arklow.

Presque un mois s’est écoulé sans incident. Fidèle à sa politique des œufs brouillés, Lynda, chaque fois qu’elle le peut, se promène dans les divers quartiers de la ville. Elle fait ses courses dans les petits magasins, elle aime discuter avec les habitants, toujours à l’écoute des soucis quotidiens des uns et des autres. C’est le soir, dans une rue étroite de la vieille ville, elle observe un homme qui glisse furtivement quelques billets dans la poche d’une très jeune fille. Elle s’approche, intriguée.

« La reine ! s’écrie l’homme. Sauve-toi ! Vite ! »

Les deux personnages se séparent et s’enfuient. Lynda renonce à rattraper l’homme qui a enfourché sa motocyclette et aussitôt disparu. Elle se lance à la poursuite de l’adolescente. Mal accoutumée aux talons aiguille, elle trébuche et roule sur le pavé. La saisissant par les poignets, Lynda la relève et l’immobilise, le dos contre un mur.

« Tu ne sais pas que la prostitution est interdite en Syldurie ?

– Ne me faites pas de mal, je vous en supplie ! Je ne suis qu’une pauvre fille. Je n’ai même pas seize ans.

– Je ne veux pas te faire de mal. Je veux que tu me dises ce que tu fais dans la rue, à ton âge, et qui est ce bonhomme qui t’a donné de l’argent.

– Si, vous me faites mal. Vous me serrez trop fort. Vous allez me briser les poignets. »

Lynda libère la jeune fille. Soulagée, celle-ci relève la tête et jette à son antagoniste un regard provocateur.

« Ce que je fais, vous le savez très bien, ça ne servait à rien de le demander. Ça, c’est une chose. La deuxième, c’est que je ne balance jamais mes clients.

– Tu veux une ou deux paires de gifles pour t’enseigner le respect ?

– Non ! Ne me frappez pas ! Je ne serai plus insolente.

– Ça vaudrait mieux pour toi. »

À présent, la jeune gourgandine baisse le front, les joues rougies de honte.

« Je m’appelle Frantsinitza, dit-elle, des sanglots dans la voix, Frantsinitza Beranovka. Tout le monde m’appelle Frantsy. Je ne fais pas ce que je fais pour mon plaisir. Le plaisir, on me force à le vendre. Je suis à Arklow depuis près d’un mois. J’habite dans les montagnes bulgares, près de la frontière. C’est la misère chez nous. Mon père boit, il me frappe, il frappe ma mère… mais, vous pensez que je vous raconte cette histoire pour vous apitoyer, pour que vous ne m’envoyiez pas en prison.

– Non, non, je t’écoute, continue. »

Frantsy éclate en larmes, elle n’est plus capable d’articuler une seule parole.

« Ne restons pas dans la rue à nous donner en spectacle. Je t’offre un rafraîchissement et quand tu auras retrouvé ton calme, tu m’expliqueras sereinement comment tu en es arrivée à cette situation. »

Les voilà toutes deux devant l’entrée d’un bar de quartier.

« Non, pas ici !

– Pourquoi ?

– Les gens me connaissent. Ils vont tous me traiter de pute. Mais ici, au moins, personne ne m’a encore menacé de me dénoncer à la police.

– Et bien ! justement, te voir dans leur bouge en ma compagnie, ça va te mettre en valeur. Et puis, le premier qui te manque de respect, je lui fais deux têtes pour le prix d’une, je le fais passer à travers la fenêtre, et je lui envoie la facture du menuisier. Allons ! Sois courageuse. J’entre la première. »

Il y a beaucoup de bruit et de chahut dans ce café. La reine entre, suivie de sa nouvelle protégée. Les buveurs se taisent. Elles choisissent leur table. Le patron hésite, puis les aborde, l’air embarrassé :

« Ces dames désirent ?

– Pour moi, ce sera une eau minérale gazeuse.

– Pour moi, une bière.

– Tu es trop jeune pour boire de l’alcool. Deux eaux minérales gazeuses. »

Frantsy a retrouvé sa tranquillité. La belle jeune femme qui lui partageait l’eau limpide n’est plus la souveraine autoritaire qui l’a tant effrayée, elle est devenue son amie et sa confidente.

« J’aimerais vraiment devenir une chrétienne comme vous. Les chrétiens ont l’air si heureux ! Mais Dieu ne voudra jamais d’une fille perdue comme moi.

– S’il n’y avait pas de perdus à sauver, Jésus n’aurait pas eu besoin de sacrifier sa vie. »

Tout en buvant, elle continue son récit :

« Je me disputais souvent avec mes parents. Un jour, je leur ai dit que je ne voulais pas mener une vie de minable comme eux, que j’allais partir pour la Syldurie, que j’allais gagner beaucoup d’argent et que je les sortirais de la misère ; et je me suis enfuie. J’avais juste assez d’argent pour payer le train jusqu’à Arklow et deux ou trois nuits d’hôtel. Comme je n’avais plus rien, j’ai commencé à faire la manche. Au bout de deux jours, un type m’a repérée, il m’a proposé un logement et un emploi de vendeuse. Il ne m’avait pas précisé quelle marchandise, il voulait que je vende, le salopard. Le lendemain, j’étais sur le trottoir, avec ces maudites chaussures à talons qui me torturent les pieds.

– Frantsy, il y a du travail pour tout le monde en Syldurie, même sans diplôme. Dis à tes parents de venir te rejoindre. Ils trouveront une vie meilleure, je te le promets, et s’ils ont des problèmes à cause de la boisson, nous sommes en mesure de les aider. Et si tu veux étudier en attendant d’avoir dix-huit ans, fais-le, je suis derrière toi.

– J’ai vraiment de la chance de vous avoir rencontrée. Malheureusement, les choses ne sont pas aussi faciles. Ce soir, je vais rentrer chez moi. Max va passer me voir, il va prendre tout l’argent que j’ai gagné. Si je ne lui en donne pas assez, il va me rosser. Il me frappe toujours au ventre, jamais au visage, ça pourrait dévaloriser sa marchandise. Il me laisse tout de même de quoi acheter à manger. Si j’étais bâtie comme un chardonneret, ce ne serait pas bon pour ses affaires.

– Voilà trop longtemps que je rêve de m’offrir un proxo. Ne t’inquiète pas, je vais avoir une conversation amicale avec ton Max. Ça va être sa fête et son anniversaire le même jour ; après cela, il ne viendra plus t’embêter.

– Max, de toute façon, c’est juste un larbin. L’argent que je lui donne, il le passe au vicomte.

– Au vicomte ?

– Vicomte ou baron, français ou belge, on ne sait pas trop. Si je n’avais pas surpris une conversation, je ne le saurais pas. Il a un nom en train de marchandises. Il a un prénom d’empereur romain. »

Lynda fait signe qu’elle voulait payer les consommations. Le parton s’approche, toujours l’air aussi méfiant.

« Vous pensez les choses si fort que je les entends comme si vous les disiez tout haut : si la reine de Syldurie était vraiment la servante de Dieu qu’elle prétend être, elle ne traînerait pas le soir dans un bistrot avec une dévergondée.

– Euh !... Oui… enfin… non… C’est-à-dire…

– Alors, imaginez Jésus, assis sur cette chaise, à ma place, en face de cette jeune pécheresse.

– Eh bien ! Je pense qu’il ne la condamnerait pas. Il lui dirait : “ne pèche plus”, et il lui parlerait de la vie éternelle.

– Et toi, Frantsy ? Que ferais-tu si Jésus était assis à cette table, en face de toi ?

– Je laverais ses pieds avec mes larmes et je les essuierais avec mes cheveux.

– J’en étais sûre, mademoiselle Frantsinitza. C’est ce que vous auriez fait, parce que maintenant, vous savez qu’il vous a sauvée.

– Vous m’avez appelée mademoiselle, et vous m’avez vouvoyée. Cela fait si longtemps ! »