Prologue - En route vers Damas

Étienne lapidé

Actes 7.51/60

Debout face à ses juges, rempli d’Esprit divin,
Seul, Étienne prêchait, bravant le Sanhédrin
Rappelant à chacun l’exemple des prophètes,
D’Abraham, de Joseph, de David le poète,
De Jacob, de Moïse, fondateurs d’Israël
Qui vouèrent leur vie au Seigneur Éternel.
« Hommes incirconcis et de cœur et d’oreilles,
Dit-il enfin, armé de verve sans pareille.
Au Saint-Esprit de Dieu toujours vous opposez
L’ignoble violence. N’avez-vous pas assez
Du sang de Zacharie qu’avaient tué vos pères ?
Vous qui avez tué d’une lâche colère
Le Juste qu’annonçait Esaïe : le grand roi.
Vous qui, des mains des anges, avez reçu la loi :
Pharisiens revêtus d’hypocrisie fardée,
Vous en étiez les maîtres et ne l’avez gardée. »

 

Les enfants d’Abraham en leurs cœurs furieux,
Grinçaient des dents, le feu, la haine dans leurs yeux ;
Dans leur bouche criait la violence noire.
Mais Étienne déjà, ravi de sainte gloire
Rempli de l’Esprit Saint, leur dit : « Voici, je vois
Le ciel ouvert, je vois Jésus, le Roi des rois,
Le Fils de Dieu debout à la droite du père. »
À cet instant ces hommes, enflammés de colère
Secouant leurs sandales et poussant de grands cris,
Au pied du jeune Saul jetèrent leurs habits.
Laissant voler au vent la cendre et la poussière,
Sans la moindre pitié les juifs le lapidèrent.
Et tandis que volaient les pierres et les coups,
Étienne ensanglanté se traînait à genoux.
Il priait : « Prend pitié de ces âmes rebelles,
Pardonne leur péché dans ta grâce immortelle.
Seigneur Jésus reçois mon cœur et mon esprit. »
Comme un petit enfant Étienne s’endormit.

Saul de Tarse

Actes 8.1/3

Des chrétiens éplorés bientôt l’ensevelirent.
Saul se réjouissait dans le sang du martyre,
Tandis qu’abandonnant la ville de Sion
Les disciples fuyaient la persécution,
Saul prenait son plaisir en un zèle sévère
À ravager l’Église et maltraiter les frères ;
Il courait par les rues et forçait les maisons,
Empoignant homme ou femme, les jetant en prison.

Pourquoi me persécutes-tu ?

Actes 9.1/9

Saul respirait encore le meurtre et la menace,
La haine et la fureur enlaidissant sa face.
Chez le Grand Sacrificateur il se rendit,
Réclamant que certaines lettres on lui remit
Pour aller à Damas combattre l’hérésie
Et prendre des captifs dans la secte ennemie.
Sur son beau char par quatre fiers chevaux tiré,
Il courait sur la voie vers la noble cité
Du peuple de Syrie, des riches Damascènes
Quand du ciel éclata une foudre soudaine.
Les chevaux se cabrèrent. Au sol il s’abattit.
Tombée des lieux célestes, une voix retentit :
L’appelant par son nom, voix suave et puissante.
Le Rabbi l’écouta d’une oreille tremblante :
« Saul, mon enfant, pourquoi me persécutes-tu ? »
Saul répond prosterné : « Mon Seigneur, qui es-tu ?
– Je suis Jésus, Jésus qu’en vain tu persécutes. »
L’orgueilleux se comprit vaincu dans cette lutte.
« Que veux-tu que je fasse ? » Jésus dit : « Lève-toi,
Car voici, désormais, tu vivras pour ton Roi.
Marche jusqu’à Damas et rentre dans la ville
Où l’on t’accordera des préceptes utiles.
Saul se leva, aveugle et plongé dans la nuit
On le prit par la main et on le conduisit
À Damas où trois jours il demeura sans boire,
Il jeûna dans sa peine et sa détresse noire.

Ananias

Actes 9.10/21

Or, parmi les chrétiens installés à Damas
Il était un disciple appelé Ananias.
Alors que dans sa chambre il était en prière,
Le Seigneur l’appela d’une voix chaude et claire.
« Cours vite à la rue Droite, et monte chez Judas
Un aveugle t’attend, tu le rencontreras
Saul de Tarse est son nom, ne crains rien car il prie.
Sa cécité bientôt par toi sera guérie.
Cours au-devant de lui, impose-lui les mains.
– Seigneur, ne sais-tu pas ce qu’il fait à tes saints ?
C’est un homme chargé de haine et de vengeance,
Il use contre nous des pires violences.
– Va, lui dit le Seigneur, car cet homme est à moi.
Il portera mon nom jusque devant les rois.
Le juif abandonnant ses craintes et ses doutes,
Ayant saisi l’écu de foi, se mit en route.
Plein d’assurance, face à Saul, le pharisien
Il l’appela « mon frère » et lui dit : « tout va bien :
Jésus qui t’apparut sur le chemin de pierre
Arrache les écailles sous tes larges paupières.
Recouvre donc la vue. »
                                      Saul se fit baptiser.
À Damas il resta pour évangéliser.
Tous ceux qui l’écoutaient répétaient en eux-mêmes :
N’est-ce pas ce vaurien qui lâchait des blasphèmes
Envers le fils de Dieu et nous faisait lier ?

La Corbeille

Actes 9.22/30

Hélas, les juifs jaloux voulurent le tuer,
Religieux baignés et d’orgueil et d’envie.
Ils s’étaient concertés pour lui ôter la vie.
Saul cherchait le salut, mais le roi Arétas
Posta plus de cent gardes aux portes de Damas.
De jour comme de nuit la soldatesque veille,
Mais l’homme s’échappa au fond d’une corbeille.

Première transition

Saul repartit pour Tarse, sa ville natale. Après la mort d’Étienne, les disciples de Christ ont commencé à se disperser dans tout le pays, annonçant la Bonne Nouvelle. Une église importante se forma à Antioche et c’est dans cette ville qu’ils prirent pour la première fois le nom de chrétiens.

Barnabas se rendit à Tarse d’où il ramena Saul à Antioche. Ils y restèrent une année. Le prophète Agabus vint annoncer une famine, qui se produisit sous l’empereur Claude. Une aide humanitaire fut organisée par l’église, et Saul et Barnabas furent chargés de la conduire à Jérusalem.

Après la mort d’Hérode, l’orgueilleux tyran, Saul et Baranbas reprirent la route d’Antioche.Le Jeune Marc les accompagnait.

Alors que l’église jeûnait et priait, le Saint-Esprit interpella Barnabas et Saul, aussi appelé Paul, pour un service particulier. Les anciens leur imposèrent les mains et les laissaient partir. Ils prirent Marc avec eux.

Ils embarquèrent à Séleucie à destination de Salamine, sur l’île de Chypre. Ils commencèrent à enseigner les juifs dans les synagogues.