Les coloquintes

Voici de beaux melons à la chair succulente,

Et les citrouilles opulentes.

Des pastèques le sang vermeil

Guérira notre soif d’un baume sans pareil.

Les nobles pâtissons aux oblongues couronnes,

Légumes bigarrés que la terre nous donne.

Mais que sont ces beaux fruits aux vivantes couleurs ?

Quel délicat sculpteur

Quel merveilleux artiste

A formé ce joyau d’opale et d’améthyste,

Et celui-ci d’argent de jaspe et de saphir,

De rubis, de topaze, d’or du pays d’Ophir.

Déjà mon âme s’en régale

Si donc à leur éclat leur saveur est égale

J’en remplirai tout mon manteau

Et dans la cuisine tantôt

Nous allons faire un bon potage.

 

Hélas, quel horrible breuvage !

 

Garçons au pénible destin,

C’étaient de jeunes orphelins

Sans aucune idée dans la tête.

Ils étaient tous fils des prophètes

Mis à mort par l’impie Jézabel,

Reine infâme au regard cruel.

 

 

 

 

 

Si peu doués pour la cuisine

Lorsqu’ils préparaient la cantine

Ils mélangeaient dans le chaudron

Coloquintes et potirons

Tournant d’un habile fouet

Le lourd poison dans le brouet.

 

Mais quelle ignoble soupe avez-vous préparée !

Leur dit le prophète Élisée.

– Maître, la mort est dans le pot.

Que ferons-nous de ce fricot

Car nous redoutons la famine.

– Ajoutez-y de la farine.

 

Ainsi la blanche fleur des blés

Repaît ces enfants attablés.

Ce bon repas nous fait envie.

 

Ainsi le Christ est notre vie,

C’est l’aliment de notre esprit,

Il est ce corps qui te nourrit,

C’est le pain dont la blanche mie

Ôte du péché l’infamie.