La Lèpre

Je suis lépreux, m’a dit le président.
L’autre joufflu me traitait de sans-dents.
N’approchez pas, car ma chair est impure.
Malheur à moi, si faible créature !
Je suis maudit par la boule de vent.

Je ne crois pas à tous les boniments
Du roi servile, de l’esclave arrogant.
Pour l’honorer, je n’ai pas la carrure :
Je suis lépreux.

N’a-t-il pas dit que je suis un perdant ?
Je ne suis rien. N’est-ce pas déprimant ?
Pour m’apaiser me reste l’écriture :
C’est un rondeau, façon Vincent Voiture,
Car Jupiter taxe les carburants.
Je suis lépreux.