La Haine

La Haine est le tonneau – écrivait Baudelaire –
Des pâles Danaïdes. Or, c’est une rivière.
Que dis-je, une rivière ! Un ruisseau sale et gris.
Y croupit la souillure, y stagne le mépris.
Mais ce fangeux ruban à donner la colique
Fut-il onde azurée, limpide et bucolique,
Propre à la pèche, aux bains, à ces plaisirs entiers,
S’il eut été nommé l’Amour ou l’Amitié ?