Goneril

Goneril, hélas ! sombre poétesse,
Artiste des mots, sournoise princesse,
Gagne une couronne pour une oraison.
Du pauvre roi Lear défie la raison ;
Sa langue le loue, sa main le caresse.

Plaisirs et pouvoir, renommée, richesse…
Son avidité, sa lente paresse
Mènent au parjure, à la trahison
Goneril.

Qui pourrait sauver cette enchanteresse ?
Dans sa jalousie la noire diablesse
Au vin succulent mêle le poison.
Ô pauvre Régane ! Atroce boisson !
Tel est ton amour, Telle est ta tendresse,
Goneril.