Cordélie

Pauvre Cordélie, pleures-tu sans cesse ?
Enfant rejeté, amour en détresse.
Le roi t’a chassée loin de ta maison.
Lear a-t-il perdu toute sa raison,
Son jugement sûr, sa noble sagesse ?

N’as-tu pas aimé sa longue vieillesse ?
Le roi t’a donné toute sa tendresse,
Mais tu ne sais pas faire de chansons,
Pauvre Cordélie.

Éloigne la joie, bannis l’allégresse ?
Mais console-toi, forte en ta faiblesse,
Telle un rossignol chante en ta prison,
La pâle vertu brille sur ton front,
Au fond de ton cœur reste la tristesse,
Pauvre Cordélie.