Thomas veut devenir musicien

Conte pour enfants

 

 

 

Thomas veut devenir musicien.

Il se promenait un jour sur le boulevard Beaumarchais, les mains dans les poches et sifflotant une petite chanson, quand il vit des pianos dans une vitrine ; toute sorte de pianos : pianos droits, pianos penchés, pianos Playel, pianos Plaitil, pianos Gaveau, pianos Gavache, pianos à queue de renard, pianos à queue de lézard, pianos à queue de billard.

Il entra. Comme il est tout petit, personne ne fit attention à lui. Il escalada à grand-peine un tabouret, face à un majestueux piano tout en ébène.

« Qu’est-ce que tu viens faire ici ?

– Je vais te jouer le concerto L’Empereur.

– Ça m’étonnerait », répondit le piano, riant de toutes ses touches.

Debout sur le tabouret, Thomas frappait le clavier du poing comme un carillonneur. Il parvint, non sans efforts, à jouer les premières notes d’Au Clair de la Lune, puis il descendit du tabouret, aussi péniblement qu’il y était monté.

Le piano n’est pas un instrument pour moi, se dit Thomas, essayons autre chose.

Il entra dans la salle des instruments à cordes, saisit un violon. Il en caressa longuement le bois, puis se décida à en jouer, mais ses bras étaient trop courts. Alors il le serra entre ses jambes et frotta une corde.

« Krrr, krrr, krrr… »

« Mon pauvre ami, dit le violon, ça se prend pour Paganini et ça ne sait même pas tenir un archet ! »

Vexé, Thomas quitta les violons et rendit visite aux instruments à vent.

« Ça, je connais : c’est une flûte traversière. »

Il souffla dans le petit trou ovale :

« Fshhhh, fshhhh, fshhhh… »

« Elle ne marche pas bien, celle-là ! Essayons la clarinette. »

Thomas enfonça jusqu’au fond de sa gorge le bec de l’instrument, gonfla ses joues comme un hamster et souffla, souffla et resouffla. Puis il déboucha l’engin et le regarda d’un air fâché.

« Tu ne veux vraiment rien me dire ? »

Il réemboucha, regonfla ses joues et resouffla.

« Pin-ouik ! dit enfin la clarinette.

– Finalement, tu aurais aussi bien fait de te taire. »

Thomas s’éloigna en haussant les épaules. D’ailleurs, il avait aperçu un instrument beaucoup plus beau, une sorte de grand fusil tout en palissandre, avec des clés, des tringles et des clapets qui brillaient à la lumière des néons.

 « Celui-là, en tout cas, il en jette. Quand mes copines me verront avec ce truc-là, elles en seront comme deux ronds de flan. »

Thomas mordit l’extrémité boisée de l’instrument comme si c’était un bâton de réglisse et souffla de toutes ses forces.

« Aïe ! Fais donc attention, petit sacripant ! Tu viens de me casser mon anche, et tu sais combien ça coûte, une anche de basson ?

– Oh ! Pardon ! Je ne l’ai pas fait exprès. »

« Décidément, je ne serai jamais musicien, » se dit Thomas et, tout triste, il se dirigea vers la sortie.

« Et moi ? Tu ne veux pas m’essayer ? dit une voix très aiguë.

– Qui a dit ça ?

– Moi.

– Qui ça, moi ? »

Thomas venait d’apercevoir un tout petit instrument dans un étui de carton.

« Toi ? Mais tu n’es pas un vrai instrument de musique !

– Comment-ça, pas un vrai instrument ?

D’abord, tu es tout petit, tu n’as même pas de clés, tu es juste un tuyau de bois. Tu n’es qu’un jouet !

– Je suis la flûte à bec sopranino. La flûte à bec est le seul instrument de musique que tu peux faire sonner sans même le toucher, rien qu’en soufflant dessus. Je n’ai rien à voir avec les instruments prétentieux comme la trompette : avec elle, il faut trois ans de conservatoire avant de pouvoir sortir une note, et tu ne sais même pas si c’est un sol ou un do qui va sortir.

– Et d’ailleurs, tu n’as que cinq trous.

– J’espère que tu es plus calé en solfège qu’en arithmétique. J’ai sept trous pour jouer la gamme, et j’en ai un huitième dans le dos qui te permet d’octavier[1].

– Oh ! que j’ai vu qui ?

– Allez, prends-moi dans tes petites mains et joue ! »

Thomas saisit l’instrument, il le plaça près de ses lèvres et souffla légèrement. Il produisit une note à la fois douce et suraiguë.

« Tu vois, je ne suis pas in instrument contrariant. Et regarde bien : mes trous sont disposés juste à la place de tes doigts. C’est pour cela que je n’ai pas besoin de clés. »

Thomas commença à jouer ; après deux ou trois canards, il avait appris à faire chanter la flûte. 

Comme il avait un peu d’argent de poche, il l’acheta. Il en jouait à longueur de journée et l’emmenait partout dans son cartable ou dans son blouson ; il n’aurait pas pu le faire avec une contrebasse. Il devint très vite un virtuose, et comme il n’existe pas beaucoup de musique pour flûte à bec sopranino, il écrivit pour sa nouvelle amie une panoplie de sonates et de concertos.

Le Rieu de Condé, 6 janvier 2007

 

[1] Jouer la game en commençant par le do du haut.