Piques 71 à 80

71 - De bonne guerre

Vous prenez une bonne histoire belge, vous y remplacez les termes « pourquoi les Belges » par « pourquoi les Français » et « frites » par « camembert », et vous avez une bonne histoire française. Retour à l’envoyeur :

Pourquoi les Français rasent-ils les murs ? – Parce que les murs s’écamembertent.

Ah ! Tiens ! Ça ne marche pas à tous les coups.

72 - Entremets franco-russe

 

Voici deux petits dialogues que je ne sais vraiment pas où caser. Mais j’y arriverai.

 

« Sur un quai de gare :

– Idiot poyezd (voici le train).

– Idiote vous-même ! »

 

« Ya tiebia lioubliou.

– Pourquoi elle me parle de tibia : un tibia bioubiou ?

– Elle te dit qu’elle t’aime, andouille !

– Et qu’est ce qu’il faut que je lui réponde ?

– Ça dépend. Tu l’aimes ou pas ?

– Évidemment que je l’aime !

– Alors dis-lui : Ya tiebia lioubliou tojé.

– Un tibia bioubiou tojé. »

73 - Politiquement correct

En français, le mot « nègre » n’est pas intrinsèquement injurieux, il faut pour cela que le contexte lui-même soit injurieux. Malheureusement, nos contemporains sont devenus tellement bêtes qu’ils ont perdu la notion de contexte. Heureusement, les élites bien-pensantes qui pensent pour nous et veulent nous forcer à penser comme eux ont décidé de bannir ce mot du vocabulaire, même quand il s’agit de pâtisserie. Comme ça, pas d’histoire !

Ami Antillais ou Africain, si quelqu’un te traite un jour de « sale personne de couleur », ce ne sera ni raciste ni injurieux.

Politiquement correct !

74 - On a le droit de rêver

Mon pire cauchemar, en tant qu’auteur, c’est de finir en tête de gondole à la FNAC. Mon plus beau rêve, c’est de finir au goulag, comme Soljenitsine.

75 - Un calembour éméché

On ne dit pas : Jemappes ou Havré ; on doit dire : Jemesuippes ou Havré.

76 - L'inspiration

L’art de la plume, c’est comme YouTube. Sous le cadre, il y a une bande grise qui défile, suivie d’une bande rouge. La bande grise, c’est l’inspiration, la bande rouge, c’est l’écriture. Quand l’écriture rattrape l’inspiration, je suis obligé de m’arrêter jusqu’à ce que la bande grise ait repris de l’avance.

77 - Sacré Jefeke

Quand j’étais lycéen à Paris, j’avais fait la connaissance d’une brave grand-mère bruxelloise qui m’avait raconté une histoire que je vais essayer de vous narrer. Le problème, avec cette histoire, c’est qu’elle n’est drôle que si on la raconte avec l’accent bruxellois, et parler bruxellois, ça je ne sé pas fére, hein ! En tout cas, je me souviens qu’elle m’a bien fait rire, non pas parce qu’elle est drôle, mais parce que c’était la première fois de ma vie que j’entendais parler avec cet accent-là.

C’est Jefeke qui se promène dans Bruxelles à vélo et qui descend la rue Lepic à fond de train.

Ah non ! Pardon, la rue Lepic, c’est à Montmartre, mais à Bruxelles aussi, il y a une rue qui descend à pic, je ne me souviens plus de son nom, la rue Vandenieuwenkerkenveldengroenengrachtenbeek, enfin, un nom comme ça ! Arrivé en bas, il manque de culbuter une mamie.

« Et alors, jeune homme, vous ne savez pas tinter ?

– Tinter, je sais, c’est freiner que je ne sais pas. »

Elle n’est pas drôle, hein ? À moins que ce soit un vrai Bruxellois qui vous la raconte.

78 Utile

Le problème des Français, c’est que depuis des années, on leur bassine le même mantra : « Votez utile ». Voter utile, ça veut dire : « votez pour ceux qu’on vous dira. » Le candidat pour qui j’ai voté n’a peut-être obtenu qu1%, mais au moins, j’ai voté selon ma conscience, et ça, comme disait si bien Georges Marchais, c’est une belle victoâââre. Ceux qui ont voté utile vont faire la java parce que c’est celui pour qui ils ont voté qui a été élu, mais quand ils seront remis de leur gueule de bois, ils vont se mettre à chialer pour cinq ans. Voter utile ne veut pas dire voter intelligent.

79 L'alcool tue

L’alcool, c’est la mort lente.

La drogue, c’est la mort fine.

Le serpent, c’est la mort sûre.

80. Boule de vent

Il se prend plus ou moins pour Jupiter. Jupiter, c’est un dieu, mais c’est aussi une planète, une planète bien particulière puisqu’elle est formée de gaz. Autrement dit : ce n’est que du vent.

On en dira ce qu’on voudra, c’est un saint, notre petite boule de vent. Il applique les paroles du Christ : « À celui qui n’a pas, on enlèvera même ce qu’il a. »