Une fille perdue

Jésus était un provocateur, un dérangeur d’esprits. Il ne craignait pas de déplaire, de bousculer les habitudes de penser, l’ordre établi, les idées reçues. Il ne se gênait surtout pas pour fustiger les dirigeants religieux, dont la corruption et l’hypocrisie étaient manifestes.

Lisons ce récit pour nous en convaincre :

Des gens de la foule, ayant entendu ces paroles, disaient : Celui-ci est vraiment le prophète. D’autres disaient : C’est le Christ. Et d’autres disaient : Est-ce bien de la Galilée que doit venir le Christ ? L’Écriture ne dit-elle pas que c’est de la postérité de David, et du village de Bethléhem, où était David, que le Christ doit venir ? Il y eut donc, à cause de lui, division parmi la foule. Quelques-uns d’entre eux voulaient le saisir, mais personne ne mit la main sur lui. Ainsi les huissiers retournèrent vers les principaux sacrificateurs et les pharisiens. Et ceux-ci leur dirent : Pourquoi ne l’avez-vous pas amené ? Les huissiers répondirent : Jamais homme n’a parlé comme cet homme”.

Jean 7.40/46

Nous découvrons d’abord dans ce texte que les esprits se divisaient sur l’essence même de Jésus. Était-il un prophète ? Était-il le Christ annoncé dans les Écritures ? Ou bien n’était-il qu’un imposteur ?

Le clergé souhaitait se débarrasser de ce gêneur, il voulait le faire arrêter, et même le faire condamner à mort, mais ceux que l’on envoyait se saisir de lui étaient conquis par ses paroles et beaucoup retournaient leur veste.

Alors, Jésus était-il un beau parleur et un séducteur ?

Il s’avérait en tout cas que l’usage de la force était inutile, il fallait donc recourir à la ruse. La tactique des ennemis de Jésus consistait à le discréditer auprès du peuple en lui posant des questions « peau de banane ».

Un jour, ils ont cru pouvoir le coincer en abordant la politique.

« Est-ce qu’un bon juif doit payer ses impôts ? »

N’oublions pas que le pays d’Israël était occupé par les Romains, peuple païen exécré par les juifs.

Si Jésus répondait « non », il poussait le peuple à la révolte, et c’était une bonne raison pour le conduire en prison.

Si Jésus répondait « oui », c’était un partisan des Romains, un « collabo ».

« Par quelle pirouette va-t-il s’en sortir, cette fois ? » pensait le pharisien en se frottant les mains.

Lisons plutôt :

Alors les pharisiens allèrent se consulter sur les moyens de surprendre Jésus par ses propres paroles. Ils envoyèrent auprès de lui leurs disciples avec les hérodiens, qui dirent : Maître, nous savons que tu es vrai, et que tu enseignes la voie de Dieu selon la vérité, sans t’inquiéter de personne, car tu ne regardes pas à l’apparence des hommes. Dis-nous donc ce qu’il t’en semble : est-il permis, ou non, de payer le tribut à César ? Jésus, connaissant leur méchanceté, répondit : Pourquoi me tentez-vous, hypocrites ? Montrez-moi la monnaie avec laquelle on paie le tribut. Et ils lui présentèrent un denier. Il leur demanda : De qui porte-t-il l’effigie et l’inscription ? De César, lui répondirent-ils. Alors il leur dit : Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu.

Matthieu 22.15/21

Je vous propose un autre récit dans lequel nous verrons Jésus déjouer un de ces pièges mortels, tout en démontrant l’immensité de son amour :

Jésus se rendit à la montagne des Oliviers. Mais, dès le matin, il alla de nouveau dans le temple, et tout le peuple vint à lui. S’étant assis, il les enseignait. Alors les scribes et les pharisiens amenèrent une femme surprise en adultère ; et, la plaçant au milieu du peuple, ils dirent à Jésus : Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes : toi donc, que dis-tu ? Ils disaient cela pour l’éprouver, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus, s’étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre. Comme ils continuaient à l’interroger, il se releva et leur dit : Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle. Et s’étant de nouveau baissé, il écrivait sur la terre. Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience, ils se retirèrent un à un, depuis les plus âgés jusqu’aux derniers ; et Jésus resta seul avec la femme qui était là au milieu. Alors s’étant relevé, et ne voyant plus que la femme, Jésus lui dit : Femme, où sont ceux qui t’accusaient ? Personne ne t’a-t-il condamnée ? Elle répondit : Non, Seigneur. Et Jésus lui dit : Je ne te condamne pas non plus, va, et ne pèche plus.

Jean 8.1/11

Les ennemis de Jésus, scribes et pharisiens

Penchons-nous quelques instants sur ces personnages qui règlent la vie civile et religieuse du pays.

Les scribes

Les scribes, comme on pourrait le penser, sont avant tout des érudits, des exégètes, mais surtout des hommes chargés de la conservation des Écritures. Les manuscrits s’usent et, de génération en génération, il faut les remplacer. Les scribes s’appliquent à cette tâche avec un zèle louable. Ils savent combien les copies et les transcriptions peuvent devenir des sources d’erreur et ils apportent le plus grand soin à les éviter. Ils comptent les lignes, ils comptent les mots, ils comptent les lettres.

Les pharisiens

Les pharisiens, aussi appelés les « Hassidim », c’est-à-dire « ceux qui sont séparés », les « saints ». Ils sont entrés en scène au retour de l’exil. Le peuple d’Israël était rentré fort affaibli sur le plan spirituel. Il s’était éloigné de la loi divine, il avait oublié la Bible et, bien sûr, avait subi l’influence des nations païennes qu’il avait été forcé de côtoyer. Le mouvement pharisien est alors apparu, il se donnait l’objectif de maintenir vivant le respect de la « Torah », parole de Dieu écrite.

Le pharisaïsme, nous ne pouvons pas le nier, fut en son temps un véritable mouvement de réveil, au même titre que la Réforme. Il a incontestablement aidé le peuple juif à revenir à la foi.

Mais au cours des générations, comme nous pouvons encore le constater aujourd’hui, les réveils finissent par s’essouffler les uns après les autres. Les pharisiens, tout comme les scribes, avaient pris le pli d’oublier le véritable message de la Bible pour s’attacher à la lettre. Ils avaient dicté au peuple une multitude de nouvelles lois, de traditions et de contraintes. Ainsi la loi affirme qu’un juif ne doit pas travailler le jour du sabbat, et les pharisiens considéraient que porter quelque chose dans ses mains était une forme de travail. Ils imposaient leurs règles avec fermeté, mais se croyaient exempts de les pratiquer eux-mêmes : sévères envers autrui, indulgents envers leur ego.

Serions-nous donc étonnés si les scribes et les pharisiens goûtent mal les enseignements de Jésus, et plus mal encore les compliments qu’il leur adresse :

Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez. Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère.

Matthieu 7.1/5

Faites donc et observez tout ce qu’ils vous disent ; mais n’agissez pas selon leurs œuvres. Car ils disent, et ne font pas.

Matthieu 23/3

Une femme adultère

Comme nous venons de le dire, les pharisiens ne manquaient pas une occasion de mettre Jésus en difficulté. Nous les imaginons ricanant de triomphe lorsqu’ils lui amenèrent devant témoins une jeune femme surprise en flagrant délit d’adultère.

« Maître, toi grand Rabbin qui sait toutes choses, tu sais certainement que Moïse a déclaré de la part de Dieu qu’une femme coupable d’adultère doit être lapidée. Mais toi, personnellement qu’en penses-tu ? »

Le piège était bien conçu et plaçait, une fois de plus, le Seigneur dans une situation cornélienne. Si Jésus répond : « Oui, il faut qu’elle soit lapidée. » Il perdrait toute crédibilité lorsqu’il annoncerait l’amour divin et le pardon des péchés. Mais s’il répond : « Non, il faut la laisser partir. » Il aurait ainsi renié publiquement la sainte parole.

Notons au passage que les pharisiens ne citent pas la Torah exactement comme Moïse l’a écrite :

Voici ce qu’ils disent :

« Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes ».

Et voici ce que dit la loi :

Si un homme commet un adultère avec une femme mariée, s’il commet un adultère avec la femme de son prochain, l’homme et la femme adultères seront punis de mort.

Lévitique 20.10

Avez-vous remarqué la petite différence : le texte mosaïque dit : « L’homme et la femme adultères seront punis de mort », et les pharisiens veulent condamner la femme seulement. J’aurais bien aimé que ces gens-là m’expliquent comment elle a pu commettre un adultère sans l’aide d’un complice.

Pas d’homme !

En cherchant bien, j’ai trouvé trois explications possibles :

Ou bien, dans l’esprit des pharisiens, l’adultère était un crime abominable pour une femme, mais « pas si grave que ça » pour un homme. C’est tout à fait plausible, connaissant la misogynie morbide qui caractérisait les juifs pieux de cette époque.

Les mentalités n’ont d’ailleurs pas changé à notre époque : avoir une vie sexuelle tumultueuse est une honte pour une femme, mais pour un homme, c’est une preuve de virilité !

Ou bien l’homme coupable était plus musclé que toute l’équipe de pharisiens réunis et n’a pas voulu venir.

Enfin, et je pencherais pour cette troisième possibilité : l’homme a entendu de loin les sandales des pharisiens, et quand il a vu s’approcher leurs longues robes et leurs barbes blanches, il s’est dit :

« Holà ! Ça commence à sentir la viande grillée par ici ; ne restons pas là ! »

Aussitôt, notre courageux héros a sauté du lit à pieds joints et s’est précipité par la fenêtre, laissant sa compagne d’un soir se débrouiller avec ceux qu’il n’a pas osé affronter.

Je vous laisse imaginer le désarroi de cette pauvre fille livrée sans défense à une telle adversité.

Pauvre fille ? Vous exagérez ! Elle l’a tout de même un peu cherché. Non ?

Bien sûr ! Et je ne veux pas trouver d’excuse au péché. Mais j’insiste sur le fait qu’ayant trahi son mari, elle se trouve trahie à son tour. Un homme l’a séduite, il lui a fait des promesses, et surtout, il lui a fait croire qu’il l’aimait. C’est lui qui l’a entraînée dans l’adultère et c’est-elle que l’on montre du doigt et qu’on va lapider. Un homme abandonne-t-il sa bien-aimée entre les mains de l’ennemi ? C’est à ce moment qu’elle se rend compte que l’homme auquel elle a sacrifié son honneur et maintenant sa vie, ne l’aimait pas et s’est moqué d’elle. Cette terrible découverte est en elle-même une punition pour la faute qu’elle vient de commettre.

Hommes ou femmes, ne sommes-nous pas tous séduits de la même manière ? Ne sommes-nous pas tous adultères vis-à-vis de Dieu ? N’avons-nous pas abandonné notre créateur pour suivre celui qui nous a promis tant de plaisirs et nous a donné tant de malheur ?

Ils ont les yeux pleins d’adultère et, insatiables de péché, ils amorcent les âmes mal affermies ; ils ont le cœur exercé à la cupidité ; ce sont des enfants de malédiction.

2 Pierre 2.14

Vous convoitez, et vous ne possédez pas ; vous êtes meurtriers et envieux, et vous ne pouvez pas obtenir ; vous avez des querelles et des luttes, et vous ne possédez pas, parce que vous ne demandez pas. Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions. Adultères que vous êtes ! Ne savez-vous pas que l’amour du monde est inimitié contre Dieu ? Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu. Croyez-vous que l’Écriture parle en vain ? C’est avec jalousie que Dieu chérit l’Esprit qu’il a fait habiter en nous. Il accorde, au contraire, une grâce plus excellente, c’est pourquoi l’Écriture dit : Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles.

Jacques 4.2/6

Et selon la norme biblique, nous sommes tous semblables à cette femme accusée d’adultère, et donc condamnés à mort de la même manière.

Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.

Romains 6.23

Jésus interroge les consciences

Jésus ne répond pas à la question des scribes et des pharisiens. Il se baisse, il écrit dans la poussière avec son doigt.

Qu’écrit-il ? Le saura-t-on un jour ? Tout le monde observe. Tout le monde est anxieux. Personne ne comprend.

« Nous t’avons posé une question, Rabbi, nous aimerions une réponse. »

Et le Maître continue son petit jeu qui énerve.

Nous ne savons pas ce qu’il écrit : la parole de Dieu réserve souvent des espaces libres à l’imagination. Un prédicateur américain qui se croyait malin aurait affirmé que Jésus avait écrit : « Coca-Cola ». Je me permets de supposer qu’il a pu écrire, par exemple : « Convoitise », suivi d’un autre mot : « Mensonge », puis un autre mot : « Excès de table ». Mot après mot, l’inventaire s’allonge, la liste des péchés n’est pas exhaustive. Les participants et spectateurs de ce procès improvisé commencent à comprendre où Jésus veut en venir.

« D’accord, je n’ai jamais commis d’adultère, mais quand je vois la Judith, ce n’est pas l’envie qui me manque. » Convoitise.

« C’est vrai. Je n’ai pas toujours le courage de dire la vérité quand elle me gêne. » Mensonge.

« C’est vrai. Je bois trop, il faudra que j’arrête un jour … »

Enfin le Seigneur se redresse et répond à la question de ses adversaires ; non pas par le « oui » ou le « non » tant espéré :

« Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle. »

Jésus avait le don des reparties inattendues. Celle-ci ne répond toujours pas à la question qui avait été posée, mais elle a le mérite d’interpeller la conscience de chacun.

Par cette parole, Jésus nous invite à cesser de nous comparer aux autres pour nous trouver meilleurs, mais à nous comparer à nous-mêmes et prendre conscience de notre statut de pécheur.

Ô homme, qui que tu sois, toi qui juges, tu es donc inexcusable ; car, en jugeant les autres, tu te condamnes toi-même, puisque toi qui juges, tu fais les mêmes choses.

Toi qui dis de ne pas commettre d’adultère, tu commets l’adultère ! Toi qui as en abomination les idoles, tu commets des sacrilèges !

Romains 2.1,22

Et le Seigneur recommence à écrire par terre.

Exaspérant !

Qu’a-t-il écrit cette fois ? Peut-être bien ceci :

Toi qui es l’espérance d’Israël, ô Éternel ! Tous ceux qui t’abandonnent seront confondus. – Ceux qui se détournent de moi seront inscrits sur la terre, Car ils abandonnent la source d’eau vive, l’Éternel.

Jérémie 17.13

Cette mise en scène et ces paroles de Jésus produisirent immédiatement leur effet et l’on doit rendre cet hommage aux accusateurs qu’ils ont, pour une foi, fait preuve d’honnêteté. Ils se retirent l’un après l’autre, d’abord les plus âgés parce que leur conscience, en toute logique devrait être plus chargée que celle des jeunes et qu’ils ont eu toute la vie pour pécher à loisir.

 

La grâce

Imaginez maintenant : Jésus qui était toujours penché sur le sol redresse la tête et se trouve enfin seul en face de cette femme dont il vient de sauver la vie. Elle est prostrée devant lui, arrosant la poussière de ses larmes. Jésus la prend par la main et la relève.

« Regarde autour de toi. Où sont passés tous ceux qui t’accusaient ? Aucun donc ne t’a condamnée ?

– Non, seigneur. »

Je recommande à tous les amateurs d’art la peinture de mon ami Sinho qui produit une image si touchante de cette scène. Les larmes du Sauveur se mêlent à celle de la jeune femme qu’il tient dans ses bras. Le visage de la coupable graciée, serré contre le cœur de Jésus exprime le soulagement et la sérénité.

« Moi non plus je ne te condamne pas. Va en paix et ne pèche plus ».

Par ces paroles, le Seigneur ne minimise pas la gravité de la faute, mais il lui fait réaliser que plus l’offense est grande et plus le pardon a de valeur.

Jésus n’a jamais prêché pour ou contre la peine de mort, mais il nous laisse ce message : Là où est la condamnation, il existe une issue, non plus vers le couloir de la mort, mais vers une vie nouvelle.

Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ.

Romains 8.1