L'inspiration - Ch VII (suite)

G.         Le témoignage de Paul.

            A travers les épîtres de l’apôtre Paul, nous pouvons découvrir comment les écrits de ses prédécesseurs, mais aussi ses propres écrits, sont inspirés.

1)                 Dans l’épître aux ROMAINS.

a)            Le fondement de l’Ancien - Testament.

            Nous remarquons que dans l’épître aux Romains, Paul appuie tous ses arguments sur des citations de l’Ancien - Testament.

            En voici quelques exemples :

            Quiconque croit en lui ne sera point confus.

                        ESAIE 49.23 // ROMAINS 10.11

            Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.

                        JOEL 2.32 // ROMAINS 10.13

            Mais tous n’ont pas obéi à la bonne nouvelle. Aussi Esaïe a dit :

            Seigneur, qui a cru à notre prédication.

                        ESAIE 53.1 // ROMAINS 10.20

b)            L’apologie des Ecritures.

            Si l’Eglise Romaine a voulu autrefois empêcher les fidèles de lire la Bible, Paul, au contraire, proclame que l’Ecriture est un enseignement précieux pour notre vie chrétienne :

            Or, tout ce qui a été écrit d’avance l’a été pour notre instruction, afin que, par la patience, et par la consolation que donnent les Ecritures, nous possédions l’espérance.

                        ROMAINS 15.4

            Ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemple, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles.

                        1 CORINTHIENS 10.11

            Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner ...

                        2 TIMOTHEE 3.16

2)                 Dans les épîtres aux CORINTHIENS, Paul affirme l’inspiration de ses lettres.

            Et nous en parlons, non pas avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit; employant un langage spirituel pour les choses spirituelles.

                        1 CORINTHIENS 2.13

            1 CORINTHIENS 2.9/16 indique le processus par lequel une vérité passe de la pensée de Dieu à celle de son peuple :

  1. 1.      Les choses invisibles de Dieu ne peuvent être découvertes par l’homme naturel (vs 9)
  2. 2.      Elles ont été révélées à des hommes choisis (vs 10/12).
  3. 3.      Elles ont été communiquées dans les termes qu’enseigne l’Esprit (vs 13).
  4. 4.      Seuls les croyants conduits par l’Esprit peuvent comprendre dans toute leur signification spirituelle ces paroles enseignées par l’Esprit et exprimant la révélation divine (vs 14/15).

                        Scofield pp. 1298 /1299

            Si quelqu’un croit être prophète ou spirituel, qu’il reconnaisse que ce que je vous écris est un commandement du Seigneur.

                        1 CORINTHIENS 14.37

            Je vais chez vous pour la troisième fois. Toute affaire se réglera sur la déclaration de deux ou trois témoins. Lorsque j’étais présent pour la deuxième fois, j'ai déjà dit, et aujourd’hui que je suis absent, je dis encore d’avance à ceux qui ont péché précédemment et à tous les autres que, si je retourne chez vous, je n’userai d’aucun ménagement, puisque vous cherchez une preuve que Christ parle en moi, lui qui n’est pas faible à votre égard, mais qui est puissant parmi vous.

                        2 CORINTHIENS 13.1/3

            C’est pourquoi j’écris ces choses étant absent, afin que, présent, je n’aie pas à user de rigueur, selon l’autorité que le Seigneur m’a donnée, pour l’édification et non pour la destruction.

                        2 CORINTHIENS 13.10

            Nous relevons une difficulté lorsque Paul s’entretient avec les Corinthiens sur le mariage et semble établir une distinction entre les paroles qui viennent de Dieu et celles qui viennent de lui :

            A ceux qui sont mariés, j’ordonne, non pas moi, mais le Seigneur ...

            Aux autres, ce n’est pas le Seigneur, c’est moi qui le dis ...

                        1 CORINTHIENS 7.10,12

            Contrairement à ce que certains ont supposé, les versets 1 à 12 ne font pas de distinction entre un enseignement inspiré et ce qui ne le serait pas. Aux versets 10/11, Paul répète en substance ce qui a déjà été enseigné par le Seigneur (MATTHIEU 19.3/9) tandis qu’au verset 12, il traite une situation dont le Seigneur n’a pas parlé. Cependant, grâce à l’inspiration, l’apôtre reconnaît effectivement pour ses propres paroles la même autorité que pour les paroles de Christ lui - même. C’est ce qu’il fait aussi aux verset 25 et 40.

                        Scofield p 1303

3)                 Dans l’épître aux Galates.

            Dans cette épître, Paul insiste encore sur le fait que ce qu’il enseigne est inspiré par l’Esprit de Christ qui le lui a révélé :

            Je vous déclare, frères, que l’Evangile qui a été annoncé par moi n’est pas de l’homme; car je ne l’ai reçu ni appris d’aucun homme, mais par une révélation de Jésus - Christ.

                        Galates 1.11/12

4)                 Dans épître aux EPHESIENS.

            C’est par une révélation que j’ai eu connaissance du mystère sur lequel je viens d’écrire en peu de mots. En les lisant, vous pouvez vous représenter l’intelligence que j’ai du mystère de Christ. Il n’a pas été manifesté aux fils des hommes dans les autres générations, comme il a été révélé maintenant par l’Esprit aux saints apôtres et prophètes de Christ.

                        EPHESIENS 3.3/6

5)                 Dans les épîtres aux THESSALONICIENS.

            Lorsqu’il enseigne sur la destination des morts, Paul ne fabrique pas sa propre doctrine, mais il fonde son enseignement sur ses connaissances des Ecritures :

            Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d’après la parole du Seigneur : nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont décédés.

                        1 THESSALONICIENS 4.15

            De même, c’est avec l’autorité du Seigneur qu’il exhorte à l’ordre en attendant son retour.

            Nous vous recommandons, frères, au nom de notre Seigneur Jésus - Christ, de vous éloigner de tout frère qui vit dans le désordre.

                        2 THESSALONICIENS 3.6

6)                 Dans les épîtres à TIMOTHEE

            Dans les lettres à son disciple Timothée, Paul fait avancer les connaissances de l’Eglise concernant l’inspiration des Saintes Ecritures. Nous y trouvons l’affirmation que la Bible est pleinement inspirée :

            Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre.

                        2 TIMOTHEE 3.16/17

            Seul le canon de l’Ancien - Testament était reconnu et indiscuté au temps des apôtres. Paul, dans sa première épître à Timothée cite l’Evangile de Luc, lui reconnaissant ainsi l’autorité Divine. De même, il cite le DEUTERONOME, dont l’authenticité fut contestée beaucoup plus tard par les théologiens modernes.

            Comparons :

Tu ne muselleras pas le bœuf quand il foule le grain.

Car l’Ecriture dit : Tu ne muselleras pas le bœuf qui foule le grain et l’ouvrier mérite son salaire.

DEUTERONOME 25.4

1 TIMOTHEE 5.18

Car l’ouvrier mérite son salaire.

 

LUC 10.7b

 

H.                Le témoignage de Pierre.

1)                 Première épître.

            Nous constatons la différence entre le Pierre impulsif des Evangiles, ce Pierre qui parlait si souvent par sa propre pensée, et que Jésus a dû reprendre parce qu’il « ne concevait pas les choses de Dieu et n’avait que des pensées humaines »
(MARC 8.33); et ce Pierre mûri qui, dans ses épîtres a pris conscience de la gravité de sa mission et de l’importance de l’action du Saint - Esprit pour ceux qui ont la charge de dévoiler le message de Dieu.

            Les prophètes, qui ont prophétisé touchant la grâce qui vous était réservée, ont fait de ce salut l’objet de leurs recherches et de leurs investigations; ils voulaient sonder l’époque et les circonstances marquées par l’Esprit de Christ qui était en eux, et qui attestait d’avance les souffrances de Christ et la gloire dont elles seraient suivies. Il leur fut révélé que ce n’était pas pour eux - mêmes, mais pour vous, qu’ils étaient les dispensateurs de ces choses, que vous ont annoncées maintenant ceux qui vous ont prêché l’Evangile par le Saint - Esprit envoyé du ciel, et dans lesquelles les anges désirent plonger leurs regards.

                        1 PIERRE 1.10/12

2)                 Deuxième épître.

a)            L’inspiration des prophètes.

            Comme dans sa première épître, Pierre atteste ici la pleine inspiration des prophètes. Il rend témoignage, non seulement de ce que les prophètes parlent par l’Esprit de Dieu, mais qu’il est impossible de se méprendre sur le message d’une prophétie, à condition de ne pas l’isoler de ce que la Bible enseigne dans son ensemble. « Objet d’une interprétation particulière » peut se traduire par : « Objet de sa propre interprétation ».

            Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour vienne à paraître et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs; sachez tout d’abord qu’aucune prophétie de l’Ecriture ne peut être un objet d’interprétation particulière, car ce n’est pas par une volonté d’homme qu’une prophétie a jamais été apportée, mais c’est par le Saint - Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu.

                        2 PIERRE 1.19/21

b)            L’inspiration de Paul.

            Pierre déclare lui - même que les épîtres de Paul font partie de Ecritures :

            Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien - aimé frère Paul vous l’a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée. C’est ce qu’il fait dans ses lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Ecritures, pour leur propre ruine.

                        2 PIERRE 3.15/16


I.                Conclusion.

            Ce que la Bible déclare d’elle même est suffisant pour croire à son inspiration. C’est pourquoi elle est la seule référence fiable pour connaître Dieu tel qu’il est, sans erreur ni déviation possible. Elle est entièrement digne de notre confiance. « Ta parole est la vérité » dit Jésus (JEAN 17.17). Dieu nous met en garde dans sa parole, contre le péché qui consiste à retrancher ou ajouter quoi que ce soit dans sa Parole. Une telle façon de traiter la Bible ne peut aboutir qu’à l’hérésie. C’est ainsi que Joseph Smith, le fondateur des « Mormons », dans sa traduction dite « inspirée » ajoute à la Bible des prophéties le concernant. En revanche, il modifie ou supprime des versets ou fragments de versets; il retranche même la totalité du « Cantique des Cantiques » qu’il juge non inspiré.

            Vous n’ajouterez rien à ce que je vous ai prescrit, vous n’en retrancherez rien; mais vous observerez les commandements de l’Eternel, votre Dieu, tels que je vous les ai prescrits.

                        DEUTERONOME 4.2

            Je déclare à  quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part dans l’arbre de vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre.

                        APOCALYPSE 22.18/19