L'inspiration - Ch II

Diverses théories de l’inspiration

            Plusieurs théories ont été proposées afin d'expliquer par quel procédé la pensée de Dieu a pu être communiquée à l’être humain pour inspirer le texte sacré des Saintes - Ecritures.

            Ces diverses théories peuvent se classer en trois catégories.

  • La Bible est entièrement humaine.
  • La Bible est partiellement divine.
  • La Bible est entièrement divine.

            Nous verrons qu’aucune de ces théories ne satisfait à la véritable conception de l’inspiration divine.

A.                La Bible est entièrement humaine.

1)                 Théorie du Génie ou de l’inspiration naturelle.

            Cette théorie déclare que la Bible fut inspirée aux hommes de la même façon que furent inspirés des écrivains de génie ou de haute valeur morale. Cette théorie place donc les écrivains de la Bible au même niveau que Victor Hugo, Gœthe ou Shakespeare. La Bible est donc un livre entièrement humain, sans aucune inspiration divine.

            Cette théorie élimine l’inspiration surnaturelle de la Bible, elle en fait une œuvre humaine, faillible, dans laquelle il y a « à prendre et à laisser », que l’on peut critiquer et mutiler à volonté. Il ne reste plus aucune garantie d’exactitude de la Bible en tant que révélation de Dieu.

            De nombreux textes bibliques affirment qu’elle est la parole de l’Eternel; par exemple :

EXODE

4.12 :

« Je serai avec ta bouche. »

2 SAMUEL

23.2 :

« l’Esprit de l’Eternel parle par moi. »

ESAIE

8.11:

« Ainsi m’a parlé l’Eternel. »

 

48.16 :

« L’Eternel m’a envoyé son Esprit. »

JEREMIE

1.5 :

« La parole de l’Eternel me fut adressée en ces mots. »

EZECHIEL

2.2 :

« La parole de l’Eternel me fut adressée en ces mots. »

OSEE

1.1 :

« La parole de l’Eternel fut adressée à Osée. »

JOEL

1.1 :

« La parole de l’Eternel fut adressée à Joël. »

AMOS

7.14 :

« L’Eternel m’a dit : Va ! Prophétise ! »

1 CORINTHIENS

2.13 :

« Nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit. »

EPHESIENS

3.5 :

« Le mystère de Christ  n’a pas été manifesté aux fils des hommes dans les autres générations comme il a été révélé maintenant par l’Esprit aux saints apôtres et prophètes de Christ. »

1 THESSALONICIENS

2.13b :

« Vous avez reçu la parole de Dieu, non comme la parole des hommes, mais, ainsi qu’elle l’est véritablement, comme la parole de Dieu, qui agit en vous qui croyez. »

 

B.                La Bible est partiellement divine.

1)                 Théorie des degrés d’inspiration.

            Certains théologiens prétendent qu’il existe trois degrés d’inspiration :

  1. Le plus haut : Il couvre les portions de l’Ecriture qui n’étaient pas préalablement connues de l’écrivain mais qui furent révélées à lui et à travers lui.
  2. Le second degré protège les écrivains contre de sérieuses erreurs et en écrivant des faits et des doctrines déjà connus par eux.
  3. Le troisième degré donne l’autorité divine au reste des portions de la Bible, composées à l’origine sans inspiration.

            Cette théorie est très éloignée des déclarations et de l’enseignement biblique relatif à l’inspiration.

            Comment pouvons - nous décider du niveau d’inspiration de chaque passage ? Cette classification est très arbitraire.

2)                 Théorie de l’illumination, ou de l’inspiration chrétienne universelle.

            Enseigne que les écrivains furent inspirés de la même manière que les chrétiens de tous les siècles sont inspirés. Les chrétiens moyens d’aujourd’hui sont aussi inspirés que le furent Moïse, David, Paul, ou n’importe quel autre écrivain biblique.

            Nous pouvons alors nous demander pourquoi chaque chrétien n’a pas écrit sa propre Bible, et pourquoi les Ecritures se bornent - elles au canon de l’Ancien et du  Nouveau - Testament. Si nous comparons les écrits inspirés du Nouveau - Testament (50 à 100 après J.C.) et ceux des Pères de l’Eglise ( 96 à 200 après J.C.), nous sommes obligés de constater une différence. Cette théorie n’offre aucune sécurité quant à l’infaillibilité du texte biblique.

3)                 Théorie du concept inspiré.

            Théorie selon laquelle Dieu a donné certaines pensées aux écrivains bibliques, les idées principales et les grandes lignes, tout en leur permettant, des années plus tard, d’exprimer ses pensées dans leurs propres mots, selon leur capacité de s’en souvenir.

            Cela signifie que Dieu, qui est infaillible, confierait sa vérité infaillible à des hommes faillibles, et leur permettrait de l’écrire comme il leur semblerait le meilleur.

            « Derrière cette distinction entre les pensées inspirées et les mots laissés au libre choix de l’homme, se cache, en réalité, le refus de croire que le texte sacré fasse autorité. Que Dieu ait parlé aux prophètes, on semble l’admettre, mais on garde toute sa liberté de rejeter ou de corriger leur message écrit. On pense ainsi éliminer certains point obscurs du texte. »

                        PACHE, p51.1


4)                 Théorie de l’inspiration partielle.

            Elle affirme que seules centaines parties de la Bible sont inspirées, d’autres ne le sont pas. Selon la formule consacrée : « La Bible contient - mais elle n’est pas - la Parole de Dieu. »

            C’est la théorie la plus répandue parmi les théologiens libéraux. Toutefois, il existe évidemment de nombreuses divergences quant à discuter de ce qui est, et ce qui n’est pas inspiré dans la Bible.

  • Certains admettent les vérités fondamentales de la Bible comme inspirées, mais considèrent que les arguments, les explications, les renseignements historiques sont humains quant à l’origine.
  • Certains croient que les parties de la Bible représentant de bonnes tendances morales sont inspirée. Ainsi, certains psaumes, dits « d’imprécation » ne seraient pas inspirés. L’autorité de la Bible serait donc subordonnée à notre propre éthique.
  • Certains prétendent que les sections prophétiques et doctrinales seules sont inspirées, à l’exclusion des sections historiques.
  • Enfin, de nombreux théologiens, entre autres Rudolf Bultmann, déjà cité, n’acceptent comme inspirés que les textes vraisemblables au raisonnement humain. Selon eux, tout ce qui revêt un caractère surnaturel et miraculeux doit être considéré comme un mythe inacceptable à tout croyant raisonnable.

 

            Cette théorie est en contradiction directe avec 2 TIMOTHEE 3.16, à moins que nous acceptions la traduction dont nous avons précédemment reconnu l’erreur : « Toute écriture inspirée de Dieu est utile. »

            Elle nous obligerait à croire que c’est l’homme qui doit décider de ce qui est, et de ce qui n’est pas inspiré. Comment pouvons -  nous croire que Dieu a guidé les écrivains dans certaines parties de la Bible, et les a abandonnés dans d’autres sections de leurs écrits. Si l’histoire n’est pas inspirée, et donc faillible, comment prouver qu’il n’en est pas ainsi pour la doctrine. Souvent, dans la Bible, la doctrine et l’histoire sont inséparablement soudées.

            Enfin, si tout ce que la Bible contient de miraculeux ne peut être inspiré, il nous est impossible de croire à  des doctrines telles que la préexistence, l’incarnation de Christ, l’expiation par son sang, sa résurrection, son ascension, son retour glorieux? Notre foi chrétienne ne repose plus sur aucun fondement.

            « Si le Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et notre foi est vaine, vous êtes toujours dans vos péchés. »

                        1 CORINTHIENS 15.14,18

5)                 Théorie de l’inspiration occasionnelle

            Certains déclarent que les écrivains furent occasionnellement inspirés, mais, le reste du temps, leurs écrits furent le produit de leurs propres idées. C’est un aspect de la Théologie de l’inspiration partielle.

            Si cette théorie était acceptable, il se trouverait alors une telle confusion entre le produit de l’esprit humain et celui de l’Esprit divin qu’il nous serait impossible de discerner, dans la Bible, ce qui est la Parole de Dieu.

C.                La Bible est entièrement divine.

1)                 Théorie de la dictée ou de l’inspiration mécanique.

            Selon cette théorie, l’Ecriture aurait été dictée par l’Esprit de Dieu aux auteurs sacrés, sans que leur personnalité ait pu intervenir en quoi que ce soit dans la rédaction. C’est par inspiration mécanique, ou dictée verbale, que le Coran aurait été donné à Mahomet.

            Une telle conception de l’inspiration de la Bible rejette l’inspiration des écrivains tout en soutenant l’inspiration des écrits. D’autre part, comment expliquer qu’un texte dicté par la même personne varie d’un bout à l’autre selon le style, la culture, la position sociale, le niveau d’instruction et le caractère de celui qui le reçoit.